•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants en faveur de la vaccination obligatoire des élèves en Ontario

L'adolescente Hannah Duffy dans le gymnase de son école reçoit son vaccin dans l'épaule.

Hannah Duffy, 14 ans, se fait vacciner contre la COVID-19 à Toronto (archives).

Photo : CBC/Evan Mitsui

Les syndicats d'enseignants en Ontario appuient l'idée d'ajouter le vaccin contre la COVID-19 à la liste des vaccins exigés à l'école en vertu de la loi provinciale.

À l'heure actuelle, les élèves doivent être vaccinés contre neuf maladies (rougeole, rubéole, oreillons, varicelle, diphtérie, coqueluche, tétanos, méningite et poliomyélite) pour fréquenter l'école.

Les enseignants joignent leur voix à celles de la médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen De Villa, et du président du Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB), Alexander Brown, notamment, qui demandent à la province d'ajouter le vaccin contre la COVID-19 à la liste des vaccins obligatoires pour les écoliers.

Les jeunes de 12 ans et plus peuvent recevoir le vaccin de Pfizer contre le coronavirus. Mais malgré tous les appels à la vaccination de la santé publique et des écoles, moins de 70 % des 12 à 17 ans sont pleinement vaccinés actuellement dans la province.

Face à l'augmentation des infections en milieu scolaire, le syndicat des enseignants catholiques anglophones de l'Ontario dit que la vaccination obligatoire est essentielle pour avoir une année scolaire sécuritaire et stable.

Il s'agit d'une mesure nécessaire pour que nos écoles soient sécuritaires et restent ouvertes pour l'apprentissage en personne cette année. On ne peut pas avoir une autre année de chamboulements et de pertes d'apprentissage.

Une citation de :Barb Dobrowolski, présidente de l'Association des enseignants catholiques anglophones

Mme Dobrowolski continue également à réclamer plus d'investissements provinciaux dans l'amélioration des systèmes de ventilation des écoles, la réduction de la taille des classes, le dépistage et le traçage.

L'Ontario est la province où les écoles ont été fermées le plus longtemps lors de la dernière année scolaire.

La présidente de la Fédération des enseignants des écoles secondaires (FEESO), Karen Littlewood, souligne que près de 600 écoles en Ontario ont déjà un cas déclaré de COVID-19.

Les vaccins vont aider à garder les écoles ouvertes et les gens en sécurité.

Une citation de :Karen Littlewood, présidente de la FEESO

Mme Littlewood ajoute qu'il faut plus de tests de dépistage rapide dans les écoles pour identifier les cas avant de faire face à des éclosions et des fermetures.

L'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) se dit en faveur d'un programme de vaccination pour les élèves.

Il est important pour l’AEFO d’assurer un milieu de travail sécuritaire pour les membres, les élèves et les communautés scolaires.

Une citation de :Anne Vinet-Roy, présidente de l’AEFO

La Fédération des enseignants de l'élémentaire (FEEO) n'a pas répondu pour l'instant à notre demande de commentaires.

La province n'a pas voulu rendre la vaccination des élèves obligatoire jusqu'à maintenant, affirmant qu'il s'agit d'un choix personnel, sans expliquer en quoi la COVID-19 différait des neuf autres maladies déjà à vaccination obligatoire.

La Loi sur l'immunisation des élèves prévoit des exemptions pour ceux qui refusent de se faire vacciner pour une raison médicale ou religieuse. Ces élèves doivent remplir un formulaire pour être exemptés.

Qu'en pensent les experts?

Le virologue Hugues Loemba, chercheur clinicien à l'Hôpital Montfort, à Ottawa, pense que la vaccination obligatoire des élèves est devenue un incontournable.

Avec la montée des éclosions dans les écoles au pays, et une grande proportion des élèves et adolescents de 12 ans et plus qui ne sont pas vaccinés, il est clair qu’il faut étendre la vaccination à cette couche de la population si l’on veut atteindre l’immunité collective. Ceci permettra de limiter la propagation du virus dans les écoles et [de] favoriser l’apprentissage en présentiel.

Une citation de :Hugues Loemba, virologue

La Dre Anna Banerji, pédiatre et professeure à l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto, est du même avis. Pour elle, c'est la seule façon d'éviter les fermetures d'école répétées des deux dernières années.

On donne des vaccins contre la diphtérie qui est très peu fréquente dans le monde (justement grâce à la vaccination), alors pourquoi pas la vaccination contre un virus potentiellement mortel, en pleine pandémie?

Une citation de :Anna Banerji, pédiatre

Les enfants représentent présentement un réservoir de COVID contribuant à la quatrième vague, ajoute-t-elle. Si l'on veut maîtriser la situation et garder les enfants en classe, il faut recourir à la vaccination obligatoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !