•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ruth Ellen Brosseau à nouveau défaite par son adversaire bloquiste Yves Perron

Yves Perron, candidat du Bloc québécois, prend la pose devant une pancarte électorale.

Le candidat bloquiste Yves Perron, de passage à Saint-Édouard-de-Maskinongé durant la campagne électorale.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Au terme d'une lutte serrée, le candidat du Bloc québécois Yves Perron a été réélu dans la nuit de lundi à mardi. Il a, pour une deuxième fois consécutive, battu la néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau. Il s'agit d'un nouveau coup dur pour celle qui tentait de regagner son siège perdu en 2019.

Durant toute la soirée, Ruth Ellen Brosseau était en avance dans le pourcentage de voix, sans jamais être dépassée par son adversaire bloquiste.

Le changement est survenu au beau milieu de la nuit. Avec une seule boîte de scrutin à dépouiller, Yves Perron avait une majorité de plus de 923 voix sur son adversaire néo-démocrate au moment d'être déclaré vainqueur.

Il s'agissait du troisième duel en autant de scrutins fédéraux entre l’agricultrice œuvrant également dans un organisme d’achat local et l’enseignant.

La candidate de 36 ans a été élue pour la première fois en 2011, puis en 2015 avant d’être défaite par le bloquiste en 2019. Yves Perron avait alors obtenu 37,6 % des voix, environ 1500 de plus que Ruth Ellen Brosseau.

Affirmant être en réflexion, Ruth Ellen Brosseau a débuté sa campagne deux semaines plus tard que ses adversaires. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) misait sur elle pour faire un gain au Québec.

Une femme discutant avec des personnes à table.

Ruth Ellen Brosseau a suivi de près les résultats lundi soir dans un restaurant de Yamachiche, en Mauricie.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Yves Perron a fait de l'amélioration d'Internet haute vitesse et de la téléphonie cellulaire dans sa circonscription une de ses priorités. Il faut aussi des actions rapides pour combler les besoins de main-d’œuvre. Les dossiers de la pyrrhotite, de l’érosion des berges et celui de l’agriculture et l’importance de favoriser l’achat local et l’augmentation de la transformation régionale sont aussi très importants, ajoutait-il.

Au lendemain du scrutin, il se dit surpris des résultats. Je m'attendais à des chiffres plus favorables, affirme-t-il au micro de l'émission Toujours le matin, soulignant un taux de participation plus faible qu'en 2019.

Il y a des signaux qui se donnent à n'y allant pas dans l'isoloir, ajoute Yves Perron. Il répète que le Canada n'aurait pas dû se retrouver en campagne électorale selon lui et y voit une source de cynisme pour les électeurs.

Il souhaite que les candidats respectent le mandat de quatre ans qui leur a été confié, de travailler en équipe et de faire des compromis, même dans le cadre d'un gouvernement minoritaire.

Avec la collaboration de Sébastien St-Onge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !