•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : rien ne bouge dans la région de Québec

Les 11 élus de la région de Québec.

Les onze élus de la région de Québec.

Photo : Radio-Canada

À l'image de Justin Trudeau qui se retrouve avec un nouveau gouvernement minoritaire à Ottawa, le statu quo est maintenu dans la grande région de Québec. À l'issue du scrutin de lundi, aucune circonscription n'a changé de mains.

Côté conservateur, le parti a conservé l’ensemble de ses acquis dans la région avec une différence notable, le député de longue date Steven Blaney a été remplacé par l’ancienne ministre provinciale Dominique Vien, nouvelle venue en politique fédérale.

La nouvelle députée de Bellechasse—Les Etchemins—Lévis a la ferme intention de défendre le projet de troisième lien et l'octroi de contrats fédéraux au chantier maritime Davie.

Dominique Vien, nouvelle élue conservatrice dans la circonscription de Bellechasse—Les Etchemins—Lévis.

Dominique Vien, nouvelle élue conservatrice dans la circonscription de Bellechasse—Les Etchemins—Lévis.

Photo : Radio-Canada

Les trois autres candidats conservateurs de la Rive-Sud, Bernard Généreux dans Montmagny—L’islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, Jacques Gourde dans Lévis—Lotbinière et Richard Lehoux dans la Beauce, ont quant à eux tous été renouvelés dans leurs fonctions par les électeurs. Leur victoire a été confirmée très tôt dans la soirée avec plusieurs centaines de voix d’avance sur leur plus proche rival.

Quant à Maxime Bernier, le chef du Parti populaire du Canada, il a mordu la poussière pour une deuxième élection consécutive dans sa circonscription de la Beauce.

Rive-Nord

Sur la Rive-Nord, Gérard Deltell a été facilement réélu dans la circonscription de Louis-Saint-Laurent. Il s’agit pour lui d’un troisième mandat. Dans les circonscriptions voisines de Portneuf—Jacques-Cartier et Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, les conservateurs Joël Godin et Pierre Paul-Hus ont eux aussi obtenu un 3e mandat.

Ils se retrouveront une fois de plus sur les bancs de l'opposition officielle.

Citation sur image de Pierre Paul-Hus : « C'est comme changer quatre 30 sous pour une piastre. Ça ne mène pas à grand-chose. Ça a coûté 600 millions de dollars pour rien. »

Pierre Paul-Hus, député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles

Photo : Radio-Canada

Malgré la victoire libérale, Gérard Detell demeure convaincu que le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, a nettement mieux réussi que son prédécesseur Andrew Scheer.

Citation sur image de Gérard Deltell : « Au Québec, on a tous été réélus et on se dirige vers des gains. »

Dérard Deltell

Photo : Radio-Canada

Deux libéraux

Le ministre libéral sortant Jean-Yves Duclos a été le dernier candidat de la région à obtenir les résultats dans le comté de Québec qui ont confirmé sa victoire, une troisième depuis 2015.

Il a tenu à remercier ses électeurs tout en s'engageant à s'attaquer à la relance économique. On va prendre soin aussi de la relance, ici dans ma circonscription, il y aurait un commerce sur deux qui a fait faillite si on n'était pas intervenu rapidement.

Celui qui était président du Conseil du trésor à la dissolution du Parlement promet aussi une fois de plus de régler le dossier de la peinture du pont de Québec, promesse qu'il peine à concrétiser depuis 2015.

Jean-Yves Duclos obtient un troisième mandat dans la circonscription de Québec.

Jean-Yves Duclos obtient un troisième mandat dans la circonscription de Québec.

Photo : Radio-Canada

Le libéral Joël Lightbound sera lui aussi de retour au gouvernement. Il a été réélu pour la troisième fois dans la circonscription de Louis-Hébert avec une confortable majorité de près de 5000 voix.

Course à trois

Du côté du Bloc québécois, Julie Vignola est sortie vainqueur d'une course à trois qui l'a tenue en haleine toute la soirée. Elle obtient un deuxième mandat en terminant devant le conservateur Alupa Clarke avec une avance de moins 1000 voix.

Mme Vignola a dû attendre après minuit pour enfin connaître son sort. Réunis à la microbrasserie SNO, les troupes bloquistes ont sauté de joie en apprenant la confirmation de sa victoire.

Comme son chef, Mme Vignola constate que la campagne électorale n'a absolument rien changé au portrait dans la région, où tous les partis ont maintenu leurs acquis de 2019. Ça a tendance à démontrer que cette élection-là était vraiment inutile, vraiment inutile, a-t-elle tranché.

Ann Gingras, syndicaliste bien connue à Québec, termine quant à elle troisième. Elle tentait sa chance en politique fédérale pour la première fois sous la bannière du Parti libéral du Canada. La population a parlé. La majorité a parlé et on prend acte, a-t-elle réagi en félicitant au passage la candidate victorieuse.

Mme Gingras, qui a quitté le Conseil central Québec–Chaudière-Appalaches de la CSN après plus de 20 ans a refusé de spéculer sur son avenir. Je vais prendre le temps de refaire mes énergies, de me reposer et on verra pour la suite, a-t-elle dit.

Pour sa part, la bloquiste Caroline Desbiens a été réélue pour un deuxième mandat dans Beauport—Côté-de-Beaupré—Île-d'Orléans—Charlevoix.

Mme Desbiens attribue notamment sa victoire au travail effectué par son équipe pendant la pandémie et à la campagne qu'a menée son parti au Québec. Je pense que c'est une question de terrain, de dévouement, d'attention pour tous un chacun qui sonnent à notre bureau.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !