•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mauvais traitement de migrants : des images aux États-Unis suscitent des réactions

Une agent frontalier américain qui tente d'empêcher des migrants d'entrer dans un campement sur les rives du Rio Grande au Texas.

Un agent frontalier américain qui tente d'empêcher des migrants d'entrer dans un campement sur les rives du Rio Grande, au Texas.

Photo : afp via getty images / PAUL RATJE

Agence France-Presse

Des photos montrant des gardes-frontières à cheval en train de repousser des migrants près de Del Rio, au Texas, suscitaient lundi une forte émotion aux États-Unis, où le gouvernement du président Joe Biden a annoncé l'ouverture d'une enquête pour faire toute la lumière sur les faits.

Sur un cliché pris par un photographe employé par l'AFP, un agent à cheval attrape un homme par son t-shirt. Sur une autre, il tient un groupe à distance en faisant tourner ses rênes, dans une posture menaçante.

Ces images de mauvais traitements de migrants haïtiens le long de la frontière sont horribles et très dérangeantes, a estimé dans un communiqué l'élu démocrate Bennie Thompson, qui préside la commission sur la Sécurité intérieure à la Chambre des représentants.

C'est horrible à regarder, a reconnu la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki lors d'un point de presse. Je ne connais pas le contexte, mais je ne vois pas dans quel cadre ce serait approprié, a-t-elle ajouté.

Des milliers de migrants

Des patrouilles équestres ont été déployées dimanche près du fleuve Rio Grande, où des milliers de migrants, dont une majorité d'Haïtiens, campent depuis plusieurs jours dans l'espoir d'être admis aux États-Unis, a expliqué à la presse le chef des gardes-frontières Raul Ortiz.

Je leur ai demandé de chercher si des individus étaient en détresse et de rassembler des renseignements sur des passeurs, a-t-il ajouté, en soulignant que contrôler un cheval dans un fleuve est difficile.

Il semble que, dans ce cadre, certains aient utilisé de longues rênes, a ajouté le secrétaire de la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas. Nous allons mener une enquête pour être sûrs que la situation est bien celle-là, dans le cas contraire, nous agirons en conséquence, a-t-il assuré.

La scène s'est produite alors que des migrants se lavaient dans le Rio Grande ou traversaient le fleuve pour aller chercher de la nourriture au Mexique et la rapporter à leur famille restée sur le sol américain, selon l'auteur des photos, Paul Ratje.

Subitement, cinq ou six agents à cheval sont arrivés et leur ont demandé de retourner au Mexique. La situation était tendue, et les migrants ont commencé à courir pour les contourner, rapporte-t-il. Un des agents a attrapé l'homme de la photo par le t-shirt. Je ne crois pas qu'il ait été blessé.

Je n'ai pas vu de coups de fouet, mais les agents ont fait tournoyer leurs rênes, a-t-il encore raconté.

La tension est ensuite retombée, et les gardes-frontières ont laissé ces migrants rejoindre le camp de fortune.

Une crise à gérer

L'afflux de migrants à la frontière s'est transformé en crise pour l'administration Biden.

À Del Rio, Alejandro Mayorkas a affirmé que les migrants haïtiens recevaient de fausses informations sur la possibilité de rester aux États-Unis, déclarant également que les États-Unis accéléraient leurs processus de rapatriement vers Haïti, considérant un tel retour comme sûr pour eux.

Nous avons répété que nos frontières ne sont pas ouvertes et que les gens ne devraient pas entreprendre un tel voyage dangereux, a déclaré le ministre.

Si vous venez de manière illégale aux États-Unis, vous serez renvoyés, a-t-il ajouté.

Alejandro Mayorkas a également soutenu qu'il était raisonnable de renvoyer ces migrants vers Haïti, malgré l'instabilité politique qui y règne, et les conséquences du tremblement de terre qui a touché le sud-ouest du pays le 14 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !