•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau perd une deuxième ministre en Ontario

Mme Schulte devant deux unifoliés.

Deb Schulte a été défaite par la conservatrice Anna Roberts dans King–Vaughan.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Les ministres ontariennes Deb Schulte et Maryam Monsef ne seront pas de retour au Cabinet, puisqu'elles ont été battues par les candidats conservateurs dans leurs circonscriptions respectives.

Les conservateurs ont notamment réalisé un gain important à King–⁠Vaughan avec la victoire de leur candidate Anna Roberts, devant la libérale Deb Schulte. Mme Schulte était ministre des Aînés et députée depuis 2015. Elle est la deuxième élue du Cabinet Trudeau à perdre son siège en Ontario.

Maryam Monsef, qui siégeait comme ministre du Développement économique rural, a perdu dans la circonscription de Peterborough–Kawartha aux mains de la conservatrice Michelle Ferreri.

Les autres membres du Cabinet de Justin Trudeau de l’Ontario ont conservé leurs sièges.

La circonscription Hamilton Mountain en banlieue de Toronto a glissé entre les doigts des néo-démocrates qui la détenaient depuis 2006. Le député Scott Duvali ne s’est pas représenté et la libérale Lisa Hepfner reprend le siège.

La chef du Parti vert, Annamie Paul, n’est pas parvenue à obtenir un siège à Ottawa. C'est la libérale Marci Ien qui a été réélue dans la circonscription Toronto-Centre.

Annamie Paul en gros plan.

Annamie Paul a surtout fait campagne dans sa circonscription et non à l'échelle nationale.

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Lors de son discours de défaite, Annamie Paul a félicité son collègue Mike Morrice pour sa victoire dans la circonscription Kitchener-Centre, un gain important pour le Parti vert.

Le député sortant Raj Saini avait retiré sa candidature pour le Parti libéral après que des allégations d'inconduite sexuelle eurent fait surface, ce qui a ouvert la porte aux verts.

Des luttes serrées

Dans certaines circonscriptions, les résultats finaux pourraient n’être disponibles que mercredi.

Les votes reçus par la poste ne seront comptabilisés qu’à partir de midi, mardi.

Ils seront sans doute nécessaires pour déterminer les gagnants dans Spadina–⁠Fort York et Davenport, deux circonscriptions où le NPD et les libéraux sont au coude-à-coude.

Le candidat néo-démocrate dans Spadina–⁠Fort York Norm de Pasquale lutte contre le candidat libéral Kevin Vuong, qui a suspendu sa campagne et ne portera pas les couleurs du PLC au Parlement s'il est élu.

Dans Davenport, la députée libérale sortante Julie Dzerowicz fait face à une forte opposition de la candidate néo-démocrate Alejandra Bravo.

Comme beaucoup de choses en temps de COVID, on doit avoir [de la] patience.

Une citation de :Julie Dzerowicz, candidate libérale dans la circonscription Davenport

Avant même la confirmation des résultats, Mme Dzerowicz a affirmé faire confiance aux habitants de Davenport.

Une percée du NPD dans une de ces circonscriptions constituerait un gain important pour le parti, qui était complètement absent de Toronto depuis le scrutin de 2015.

De longues attentes

La soirée électorale s'est également prolongée dans certaines circonscriptions. Dans la circonscription de Spadina–Fort York, par exemple, une centaine de personnes attendaient toujours pour enregistrer leur vote à 23 h, soit une heure et demie après la fermeture officielle des bureaux de vote.

Une file d'électeurs sous un viaduc.

La fermeture de certains bureaux de vote, dont celui-ci dans la circonscription Spadina–Fort York, a été repoussée en raison des longues files d'attente.

Photo : Radio-Canada / Darek Zdzienicki

Élections Canada assure toutefois que tous les citoyens qui se sont présentés à leur bureau de vote avant l'heure officielle de fermeture ont pu exercer leur droit de vote. La porte-parole d'Élections Canada Nathalie de Montigny affirme que la fermeture de « plusieurs » bureaux de scrutin en Ontario et particulièrement dans la région de Toronto a provoqué des situations semblables.

Le nombre réduit de lieux disponibles pour le vote en raison de la pandémie et la concentration des bureaux de vote dans ces lieux seraient à la source de ces retards, selon Élections Canada, qui prévoit faire le point sur le nombre de retards et leurs conséquences au cours des prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !