•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La montée de la COVID-19 en Alberta repousse la peine de prison de Kevin J. Johnston

Kevin J. Johnston pose devant la ville de Calgary, une pancarte électorale à la main.

Le candidat à la mairie de Calgary Kevin J. Johnston est connu pour avoir organisé des rassemblements qui ne respectaient pas les restrictions sanitaires du gouvernement.

Photo : Derek Storie/Facebook

Radio-Canada

La peine de prison de cinq semaines du candidat controversé à la mairie de Calgary Kevin J. Johnston est repoussée en raison de la flambée des cas de COVID-19 en Alberta

La quatrième vague rend les prisons plus dangereuses, a expliqué le juge de la Cour du Banc de la Reine, Adam Germain. C'est ce qui l'a incité à retarder la peine du coupable.

Faire entrer et sortir M. Johnston du centre de détention provisoire de Calgary chaque semaine présenterait un risque sur le plan de la santé et de la sécurité pour lui ainsi que les autres détenus, a-t-il précisé.

Kevin J. Johnston a été condamné pour avoir enfreint à plusieurs reprises une injonction de la Cour du Banc de la Reine, en ne respectant pas les mesures de santé publique et en incitant les autres à en faire autant.

Sa peine d’emprisonnement de 40 jours, à purger les fins de semaine, devait commencer vendredi dernier. Le juge a repoussé cette date au 22 octobre, soit quatre jours après les élections municipales.

Le juge Adam Germain est chargé de traiter tous les cas d’outrage pour les contrevenants aux règlements sanitaires.

Bien connu de la justice

Kevin J. Johnston attend deux sentences séparées en Ontario : une, pour crime haineux, et l’autre, pour outrage.

Au cours de cette année, il devra aussi comparaître en cour pour agression en Colombie-Britannique.

En mai et en juin, le candidat controversé a passé l’équivalent de sept semaines en prison pour avoir harcelé et menacé une inspectrice de Services de santé Alberta et pour avoir réprimandé deux employés d'un centre commercial après qu’ils lui eurent demandé de porter un masque.

Il a été reconnu coupable à plusieurs reprises pour propos haineux et diffamation. Il a notamment été condamné en 2019 à verser 2,5 millions de dollars à Mohamad Fakih, un homme de Toronto qu’il avait traité de terroriste et contre qui il avait tenu des propos racistes.

Il y a moins d'un an, Kevin J. Johnston a déménagé de Toronto à Calgary pour se présenter à la mairie de la métropole albertaine.

Ses condamnations ne l'empêchent pas de se présenter. Les candidats à la mairie de Calgary peuvent toujours briguer le poste aussi longtemps qu’ils ne doivent pas d’argent à la Ville ou qu’ils n'enfreignent pas les lois électorales.

Avec les informations de Meghan Grant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !