•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Voter, ça peut aider » : le programme Vote étudiant inspire les électeurs en herbe

Un élève glisse un bulletin dans une urne.

Cette élection parallèle nationale donne l’occasion aux élèves qui n’ont pas l’âge de voter d’avoir une expérience concrète du processus de vote.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Les plus petits aussi votent dans tout le Canada lundi. Dans plus de 7500 écoles, les élèves participent à un scrutin fictif dans le cadre du programme « Vote étudiant ». Ce scrutin éducatif, l’École francophone Notre-Dame des Monts de Canmore l’organise depuis au moins dix ans.

Ponctuels, les premiers enfants sortent pour se mettre en ligne pendant que l'enseignante responsable, Sophie Leclair, installe un bureau de vote éphémère à l'extérieur de l'établissement, lundi matin.

En moins d’une heure, 132 élèves de la 4e à la 12e année se prêtent au jeu. Avec la rentrée scolaire, l’organisation du Vote étudiant cette année a dû se faire précipitamment.

Les élections fédérales anticipées ont poussé ces jeunes à suivre un cours de dernière minute sur la démocratie et son système électoral.

On les a préparés en regardant le débat des chefs et on a étudié ce que chaque chef propose, explique Sophie Leclair.

La semaine dernière, sa classe de 6e année a passé cinq heures à étudier son fonctionnement. Un fonctionnement qui peut être complexe quand on a à peine 11 ans.

Une enseignante surveille ses élèves pendant un exercice de vote fictif.

Sophie Leclair organise cette année ses deuxièmes élections fictives.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Expliquer qu’il y a 338 circonscriptions au Canada et qu'on ne vote pas pour le chef du parti, mais pour un député, c'est une notion difficile à comprendre, avoue-t-elle.

Des futurs citoyens

Depuis 2004, le programme Vote étudiant a été mis en place pour encourager les jeunes Canadiens à devenir des citoyens informés et engagés. Depuis plusieurs décennies, Élections Canada (Nouvelle fenêtre) observe une baisse du taux de participation global.

À Canmore, les électeurs en herbe, comme Vera Heal, se voient déjà glisser un vrai bulletin dans l'urne quand ils seront majeurs.

Voter, ça peut aider dans les décisions, dit l'élève de 11 ans. Des personnes qui peuvent avoir une vie meilleure grâce à mon vote.

Ella Bagshaw, quant à elle, ne comprend toujours pas comment fonctionnent les partis indépendants, mais ses parents l’ont aidée à saisir ce qu’est un gouvernement minoritaire.

Ella Bagshaw assise devant son école à Canmore.

« Je voudrais voter pour choisir ce qui va m'arriver et pour l'avenir du pays », dit Ella Bagshaw.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Cela ne l’empêche pas de croire en la démocratie. Avec le vote, on peut choisir son avenir et aider les autres, estime Ella, qui a 10 ans.

Sophie Leclair a hâte de connaître les résultats de ce vote étudiant. À chaque élection, nos résultats coïncident avec les résultats du véritable scrutin, s’étonne Philippe Bresee, directeur par intérim de l’école.

Le dépouillement des voix et le dévoilement des résultats auront lieu en même temps que ceux du véritable scrutin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !