•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici Krijn, Néandertalien et Néerlandais!

Reconstitution du visage d'un Néandertalien

Le visage reconstitué de Krijn, un Néandertalien qui vivait au Pays-Bas il y a entre 50 000 et 70 000 ans.

Photo : Rijksmuseum van Oudheden/Servaas Neijens

Radio-Canada

Le visage du premier Néandertalien découvert aux Pays-Bas a été reconstitué, à partir du fragment de son crâne, à l’aide de techniques d'approximation faciale et des dernières découvertes sur cette espèce du genre Homo aujourd’hui disparue.

La reconstitution du visage de Krijn a été réalisée par les frères Adrie et Alfons Kennis, des paléoartistes de renommée internationale. Elle est présentée au musée national des antiquités des Pays-Bas à Leiden (Rijksmuseum van Oudheden).

Les frères Kennis ont déjà réalisé de nombreuses reconstructions de Néandertaliens et d'autres hominidés préhistoriques, dont Ötzi, l'homme des glaces, explique l’institution dans un communiqué

Le duo a ainsi comparé l’ossement avec les crânes comparables plus complets d’autres Néandertaliens. Il a aussi consulté les plus récentes découvertes sur les Néandertaliens, comme ceux sur la couleur de leurs yeux, des cheveux et de la peau.

L'os orbital fossilisé d'un Néandertalien.

L'os orbital fossilisé de Krijn

Photo : Rijksmuseum van Oudheden/Servaas Neijens

Un os pour remonter dans le temps

L'os orbital fossilisé de celui qui est décrit comme le premier Néandertalien des Pays-Bas a été mis au jour il y a 20 ans en Zélande par le paléontologue amateur Luc Anthonis.

Le fossile vieux de 50 000 à 70 000 ans avait été retiré du fond de la mer du Nord, au large de la côte néerlandaise, à l'aide d'une drague suceuse.

Son examen par des scientifiques de l'Université de Leiden et de l'Institut Max Planck de Leipzig a permis de révéler qu'il provenait du crâne d'un jeune homme de corpulence assez forte.

Le visage de Krijn durant la reconstitution.

Une des étapes de la reconstruction du visage de Krijn.

Photo : Kennis & Kennis Reconstructions

Il est possible d’observer une petite bosse au-dessus du sourcil droit du jeune homme. Cette protubérance correspond à une petite dépression sur le fossile qui aurait été causée par la présence d’une petite tumeur bénigne sous la peau. Une caractéristique jamais observée auparavant chez les Néandertaliens.

Une analyse a aussi permis d’établir que Krijn mangeait principalement de la viande.

Une région submergée

Krijn vivait donc dans une région appelée Doggerland, un paysage préhistorique disparu sous l’actuelle mer du Nord. Il faut savoir qu’à l’époque le niveau de la mer était 50 mètres plus bas qu'aujourd'hui.

Mammouths, rhinocéros laineux, rennes, chevaux et hommes de Néandertal parcouraient cette steppe, qui était froide, mais offrait de la nourriture en abondance, note le musée néerlandais qui consacre cet automne une exposition au Doggerland, cette étendue émergée depuis le début de l'holocène.

Le musée explique également que la découverte du fragment et les autres découvertes réalisées récemment montrent toutes l’importance des recherches sous-marines et l’importance de la protection des fonds de la mer du Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !