•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pénurie de médecins de famille à Lethbridge pousse les patients vers les urgences

Hôpital régional de Chinook.

Le Chinook Primary Care Network n'a pas un seul médecin de famille acceptant de nouveaux patients.

Photo : Radio-Canada / Joel Dryden

Radio-Canada

Des résidents de Lethbridge, en Alberta, se retrouvent sans médecin de famille en raison d'une pénurie. Ils doivent se rendre aux urgences ou sortir de leur communauté pour avoir accès à des soins, ce que déplorent des professionnels de la santé.

Cet été, William Pelech, un habitant de Lethbridge, a reçu une lettre de son médecin de famille lui indiquant que ce dernier déménageait à Cochrane, à l'ouest de Calgary, et qu’aucun médecin n’était disponible pour le remplacer.

Peu de temps après, William Pelech est tombé malade.

Incapable de trouver un nouveau médecin de famille, il a dû attendre des semaines avant d'être reçu dans la seule clinique sans rendez-vous de Lethbridge.

Je me sentais de plus en plus mal, je m’absentais du travail, raconte-t-il. [Le médecin] a dit que j’avais une pneumonie, et j’avais une pneumonie depuis plusieurs semaines.

Au cours des derniers mois, de plus en plus de résidents de Lethbridge, une communauté de plus de 100 000 habitants, ont eu les mêmes problèmes que William Pelech.

Le Chinook Primary Care Network (CPCN) indique qu'il n'y a actuellement aucun médecin de famille acceptant de nouveaux patients.

La famille de Melissa Lorne, une autre résidente de Lethbridge, est également inquiète.

Cette dernière avait le même médecin depuis 19 ans. Lorsqu’il a pris sa retraite, en avril 2020, Melissa Lorne en a cherché un nouveau, mais en vain.

Elle raconte qu’au cours des 18 derniers mois les trois autres membres de sa famille et elle sont allés une vingtaine de fois en tout aux urgences pour des soins non urgents.

On écarte les gens qui ont vraiment une urgence, déplore-t-elle. C’est vraiment frustrant.

À la clinique

Tim Neufeld, directeur de la clinique Campbell, affirme que, à Lethbridge, plusieurs médecins ont pris leur retraite, et d'autres ont quitté la communauté pour partir exercer ailleurs. Il confie qu’il est difficile d’annoncer à leurs patients qu’il n'y a pas de médecin pour les remplacer.

Certains de ces patients fréquentent la clinique Campbell depuis 50 ou 60 ans [et] sont envoyés vers les urgences pour des soins de routine, dit-il.

Dans un communiqué, Services de santé Alberta (AHS) affirme que toute la province fait face à des problèmes de recrutement de médecins de famille.

Actuellement, AHS offre un soutien financier aux médecins de famille qui sont prêts à s'installer à Lethbridge, dit le communiqué.

Tim Neufeld explique que le manque de diplômés canadiens ainsi que les restrictions en place en ce qui concerne les diplômés étrangers, entre autres, rendent la capacité à recruter de nouveaux médecins très limitée.

Aux urgences

Selon le Dr Sean Wilde, médecin du service des urgences de l'hôpital régional de Chinook, le personnel a pu constater les conséquences de ce problème ce printemps et cet été.

Nous aidons quand nous le pouvons, nous faisons vraiment de notre mieux pour aider tout le monde, explique-t-il. Mais nous ne sommes pas équipés pour le suivi qui doit être fait pour soigner ces personnes.

Il ajoute que l'accroissement des demandes de services d’urgence finissent aussi par coûter plus cher à long terme, ce qui semble aller à l'encontre de l'objectif du gouvernement provincial d'économiser de l'argent sur les soins de santé.

Selon le Dr Wilde, en raison des coupes budgétaires, des médecins ferment leur cabinet ou quittent la province. De ce fait, les gens se rendent aux urgences, où ils requièrent des soins plus coûteux.

Et, si leurs problèmes de santé chroniques ne sont pas bien suivis, ce qui est souvent le cas, s'ils ne peuvent pas consulter leur médecin, ils risquent davantage de tomber malades et de devoir être hospitalisés, explique-t-il.

« Une crise dans la crise »

Dans un courriel, Steve Buick, porte-parole d'AHS, indique que la province travaille avec le CPCN, les médecins de Lethbridge et d’autres partenaires pour soutenir le recrutement et la rétention de personnel.

Malgré tout, William Pelech se demande comment la situation a pu se détériorer à ce point à Lethbridge. 

Le Canada est censé être un endroit merveilleux qui a des soins de santé universels. Mais, s'agit-il de soins de santé universels lorsque nous n'y avons pas accès?, lance-t-il. Pourquoi faisons-nous face à cette crise dans la crise?

Avec les informations de Joel Dryden

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !