•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mort d’un cycliste sur l’avenue Papineau était accidentelle, d’après le coroner

Un feu vert à l'intersection du boulevard Saint-Joseph et de l'avenue Papineau, sur le Plateau-Mont-Royal

Maxime Levesque a été happé alors qu'il circulait à vélo sur l'avenue Papineau en direction sud, près de la rue Saint-Joseph.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le rapport du coroner sur les circonstances entourant le décès de Maxime Levesque, un cycliste de 33 ans happé mortellement sur l’avenue Papineau en avril 2021, conclut à un accident.

Selon le coroner Jean Brochu, aucune substance comme de l’alcool, des médicaments ou de la drogue n’a été trouvée dans le sang de Maxime Lévesque. Ce dernier portait aussi un casque de manière adéquate.

D’après l’analyse de la scène par les enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), ni l’état de la chaussée, ni la vitesse, ni la signalisation, ni les conditions météorologiques ne sont en cause dans l’accident.

Au mauvais endroit au mauvais moment

Le conducteur de l’automobile qui a percuté Maxime Lévesque aurait plutôt subi un malaise cardiaque. Il était d’ailleurs en arrêt cardiorespiratoire à l’arrivée des ambulanciers sur les lieux de l’accident. Il a cependant pu être réanimé durant son transport vers un centre hospitalier.

M. Lévesque [...] s’est malheureusement retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment, note le coroner Jean Brochu dans son rapport.

L’accident s’est produit le 8 avril 2021, à 10 h 45 sur l’avenue Papineau en direction sud, près de l’intersection du boulevard Saint-Joseph. Alors qu’il circulait en vélo, Maxime Lévesque a été happé par-derrière par une automobile qui circulait aussi en direction sud. Il a été projeté dans les airs et a atterri sur le trottoir, gravement blessé.

Des manœuvres de réanimation ont été entreprises sur M. Lévesque, en vain. Son décès a été constaté à distance par un médecin d’Urgence-santé, selon le protocole établi, précise le rapport du coroner.

Il s’agit d’un décès accidentel, conclut Jean Brochu.

Davantage d’aménagements cyclables de qualité

Selon Magalie Brebonne, directrice des programmes à Vélo Québec, des aménagements cyclables de qualité auraient pu sauver la vie du cycliste happé mortellement en avril dernier.

On peut penser que dans un cas comme celui-ci, ça aurait pu sauver la vie de Maxime s’il avait pu circuler sur une voie cyclable qui avait été protégée de la circulation par une barrière physique ou par du stationnement, dit-elle.

Elle considère également que le rapport du coroner sur le décès de Maxime Lévesque devrait nous inviter à prendre davantage au sérieux les engagements du plan d’action Vision Zéro adopté par la ville de Montréal, qui vise le zéro mort de blessé grave sur les routes d’ici 2040.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.