•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des enquêteurs du BST se penchent sur le déraillement du train léger à Ottawa

Un groupe de personnes portant des vestes de sécurité et des masques, sur les rails, devant un train léger à l'arrêt.

Les membres de plusieurs équipes impliquées dans l'enquête sur le déraillement du train léger survenu le dimanche 19 septembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) confirme avoir dépêché un enquêteur pour analyser le déraillement d’un wagon du train léger survenu dimanche.

Le BST recueille des informations et évalue l'événement, peut-on lire dans un communiqué de la société d'État.

L'incident s'est produit vers 12 h 15 dimanche et le train qui a déraillé s'est immobilisé entre les stations Tremblay et Hurdman.

Selon le directeur général d'OC Transpo, John Manconi, environ 12 personnes se trouvaient à bord et personne n'a été blessé.

Lors d’une rencontre de la commission du transport en commun lundi, M. Manconi a offert quelques précisions sur les analyses préliminaires entourant le déraillement. Selon lui, un ensemble de roues comprenant deux essieux sont sorties des rails du train léger.

Je veux partager avec vous des informations préliminaires qui n’ont pas encore été approuvées, ce sont des observations hâtives dans le processus de l’enquête, a-t-il tenu à préciser alors qu’il s’adressait aux membres de la commission.

Nous pouvons dire à ce moment que ce ne serait pas lié aux roues et aux essieux. Il semblerait que ce qui a causé le problème, c’est un appareil qui épand du sable près des roues [...] le socle qui tient cet appareil en place pourrait être tombé et pourrait avoir causé le déraillement. Nous devons attendre les vérifications du BST et des autres vérificateurs avant de partager la cause officielle.

  Un autobus d'Oc Transpo indiquant R1 Blair.

Des autobus effectuent le trajet pour l'interruption du O-Train.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Le service de train léger d'Ottawa est suspendu sur toute la ligne de la Confédération en raison de cet incident. Il pourrait s'écouler encore plusieurs jours avant un retour à la normale des opérations.

Deuxième déraillement en deux mois

M. Manconi a déclaré que le déraillement ne semble pas avoir été causé par un problème dans les essieux du train, bien que Troy Charter d'OC Transpo ait confirmé que la voiture impliquée dans le déraillement faisait partie des dix qui ont subi des réparations d'essieux à la suite d'un autre déraillement survenu le 8 août. Une roue s'était alors détachée d'un essieu sous un wagon.

À peine six semaines plus tard, le service du système de train léger sur rail d'Ottawa est de nouveau interrompu pour une durée indéterminée. Le service ne reprendra pas tant qu'un expert indépendant en sécurité n'aura pas examiné le plan de reprise du service de Rideau Transit Maintenance, a précisé M. Manconi à la commission.

Nous ne sommes pas sourds, nous savons qu'il y a des inquiétudes concernant la sécurité et la confiance [du train léger], a déclaré M. Manconi.

M. Manconi, qui prendra bientôt sa retraite après une carrière de 32 ans avec la Ville, a déclaré qu'il réunissait un groupe pour effectuer un examen complet de l'ensemble du système.

Questionné à savoir qui paiera les frais liés aux différents inconvénients liés au déraillement, soit entre autres, les coûts des autobus supplémentaires pour assurer un transport de remplacement au train léger, M. Manconi a dit que la facture sera envoyée au Groupe de transport Rideau (GTR). 

Ils sont en défaut puisque le système ne fonctionne pas comme il est censé fonctionner, a affirmé M. Manconi.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports et d'offrir des recommandations.

Avec des informations de Kate Porter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !