•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel pour des zones antimanifestants près des écoles et des hôpitaux

Des dizaines de personnes occupent une intersection avec des pancartes à la main.

Plusieurs milliers de personnes opposées à l’instauration du passeport vaccinal ont manifesté le mercredi 1er septembre à proximité des hôpitaux, dans les principales villes de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Gian-Paolo Mendoza

Radio-Canada

Après les récentes manifestations antivaccin devant des hôpitaux et des écoles de la Colombie-Britannique, des représentants du personnel hospitalier et des directeurs d'école demandent la mise en place de zones d'exclusion des manifestations aux abords de leurs lieux de travail.

Des milliers de personnes ont protesté contre la mise en place d’un passeport vaccinal à travers la province devant les hôpitaux ce mois-ci, et certains travailleurs de la santé auraient été agressés.

Vendredi, les écoles de Salmon Arm et des environs ont été temporairement fermées après que des manifestants y furent entrés. Elles resteront sécurisées à compter de lundi.

Des dirigeants fédéraux et provinciaux ont condamné les manifestations, et le chef libéral Justin Trudeau a même promis de criminaliser le fait de bloquer l'accès aux bâtiments dans lesquels sont prodigués des soins de santé.

Kyla Lee, avocate au cabinet Acumen Law, explique que la mise en place de zones de non-protestation par les gouvernements autour des hôpitaux et des écoles serait légale, surtout en cas de problèmes de sécurité.

Selon Mme Lee, les zones d'exclusion des manifestations, également appelées zones tampons, ont jusqu'à présent été utilisées uniquement en cas de problèmes de sécurité légitimes, comme pour limiter les manifestations devant les cliniques d'avortement dans les années 1990.

Évidemment, l'accès aux soins de santé et à l'éducation est plus important que le droit de manifester dans certains espaces.

Une citation de :Kyla Lee, avocate au cabinet Acumen Law

Kyla Lee ajoute que les comportements qui ont émaillé les manifestations antivaccin, notamment l'escalade importante observée lorsque les manifestants sont entrés dans les écoles, pourraient être considérés comme un problème de sécurité légitime.

Toujours selon Kyla Lee, les écoles et les hôpitaux pourraient tous deux être inclus dans la loi, et cela pourrait être une mesure temporaire pour la durée de la pandémie.

Mike Old, coordonnateur des politiques et de la planification au syndicat provincial des employés des hôpitaux, dit que les manifestations devant les hôpitaux au début du mois de septembre étaient irrespectueuses et ont contribué à démoraliser les travailleurs de la santé.

Je pense qu'il est important que nous prenions des mesures proportionnées pour nous assurer que les gens peuvent continuer à accéder librement aux soins de santé. Je pense que c'est l'équilibre que le gouvernement va devoir trouver ici.

Allez manifester devant le bureau d'un homme politique ou ailleurs, mais n'empêchez pas l'accès aux travailleurs, aux patients ou à leurs familles.

Une citation de :Mike Old, coordonnateur des politiques et de la planification au syndicat provincial des employés des hôpitaux

Les principaux dirigeants de la Colombie-Britannique ont condamné les manifestations antivaccin dans les hôpitaux et les écoles. 

Le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, a qualifié les manifestants qui ont pénétré dans les écoles vendredi de covidiots et de détraqués.

Darren Danyluk, président de l'Association des directeurs et directeurs adjoints de la Colombie-Britannique, dit que l'irruption des manifestants dans les écoles a été dérangeante et allait même au-delà de l’inacceptable.

S’il se dit en faveur de l'instauration d'une zone tampon autour des écoles, M. Danyluk affirme cependant que la responsabilité de faire respecter ces zones ne devrait pas incomber exclusivement aux forces de l'ordre, et les gouvernements devraient également lancer une campagne d'information sur la conduite et le comportement autour des établissements scolaires.

Un porte-parole du ministère de l'Éducation de la Colombie-Britannique a dit que les manifestants devraient concentrer leur mécontentement à l'égard des politiques gouvernementales sur le gouvernement, et non sur les hôpitaux et les écoles.

Nous envisageons une approche gouvernementale plus vaste pour empêcher que cela ne se reproduise et nous sommes prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les élèves et le personnel de nos écoles, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !