•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Sanjay Madan : des accusations criminelles déposées

Une sculpture de la déesse romaine de la justice, balance et épée à la main.

L'homme fait face à des accusations criminelles. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Un ancien fonctionnaire accusé par le gouvernement de l'Ontario d'avoir détourné 11 millions de dollars de fonds d'aide pour la pandémie fait maintenant face à des accusations criminelles.

Selon son avocat, Sanjay Madan fait face à deux chefs d'accusation de fraude de plus de 5000 $ et à deux chefs d'accusation d'abus de confiance.

Selon Stephen Hebscher, M. Madan et son épouse, Shalini Madan, sont également accusés de blanchiment de produits de la criminalité de plus de 5000 $ et de possession de produits de la criminalité de plus de 5000 $.

La province a poursuivi Sanjay Madan, sa femme et ses deux enfants adultes, alléguant qu'ils ont émis et déposé illégalement des chèques du Programme de soutien aux familles, qui visait à compenser le coût de l'apprentissage des enfants à la maison.

M. Madan est également accusé d'avoir reçu des millions de dollars supplémentaires en pots-de-vin liés à une fraude présumée de plus de 30 millions de dollars.

Il est attendu au tribunal mercredi.

M. Madan, qui occupait un poste de direction dans le domaine des technologies de l'information et avait participé au développement d'une application informatique pour la prestation d'aide, a été licencié en novembre. Sa femme et ses deux fils ont tous travaillé pour la province dans le domaine des technologies de l'information.

Dans une déclaration de défense déposée devant la Cour supérieure, M. Madan accuse la province d'avoir pris des mesures de sécurité prétendument laxistes qui ont permis un détournement généralisé des fonds de secours COVID-19.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !