•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour des dirigeants mondiaux à l’Assemblée générale de l’ONU, à New York

Le siège social avec tous ses drapeaux

Le siège social des Nations unies, à New York, recevra les deux tiers des pays membres à l'Assemblée générale, qui se tient cette semaine.

Photo : Reuters / Mike Segar

Reuters

Les dirigeants mondiaux reviennent cette semaine au siège des Nations unies à New York pour une Assemblée générale dont les préoccupations premières seront la lutte contre le changement climatique et contre la pandémie de coronavirus, laquelle a contraint l'an dernier le rendez-vous onusien à se dérouler en mode virtuel.

Alors que la crise sanitaire fait toujours rage et que la question de la répartition des vaccins dans le monde fait encore débat, environ le tiers des 193 pays membres de l'ONU ont prévu transmettre une nouvelle fois leurs déclarations par vidéo.

Les chefs d'État et de gouvernement et les ministres des Affaires étrangères des autres pays membres ont quant à eux l'intention de se rendre à New York, en dépit des efforts des États-Unis pour les en dissuader en raison de craintes liées à la propagation du coronavirus.

Joe Biden compte parler en personne devant l'Assemblée au cours de ce qui constituera sa première visite aux Nations unies depuis son arrivée à la présidence américaine en janvier dernier.

Toutefois, symbole des inquiétudes sanitaires de Washington, le locataire de la Maison-Blanche séjournera 24 heures à peine à New York. Il doit y rencontrer ce lundi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avant de prononcer son discours mardi.

L'ONU a mis en place un code sanitaire basé sur l'honneur, selon lequel toute personne prenant part physiquement à l'Assemblée se déclarera vaccinée contre la COVID-19 sans qu'un justificatif soit requis.

Ce système va afficher d'emblée ses limites puisque le premier orateur attendu, le président brésilien Jair Bolsonaro, est un antivaccin ayant affirmé la semaine dernière qu'il n'a pas besoin de recevoir le vaccin puisqu'il a déjà contracté la COVID-19. Il se dit donc immunisé.

Tests et vaccination sur place

Une camionnette mise à disposition cette semaine par la Ville de New York devant le siège des Nations unies permettra à ceux qui le souhaitent d'effectuer gratuitement un test de dépistage et de recevoir le vaccin de Johnson & Johnson.

L'ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, a fait savoir que Joe Biden comptait s'exprimer sur les principales priorités de Washington : mettre fin à la pandémie de COVID-19, combattre le changement climatique [...] et défendre les droits de la personne, la démocratie, et l'ordre mondial basé sur le droit, a-t-elle dit.

Du fait de la pandémie, les délégations présentes à l'ONU sont limitées en nombre et la plupart des événements organisés en marge de l'Assemblée générale seront virtuels ou en format hybride.

On s'attend à ce que les ministres des Affaires étrangères discutent notamment de l'Afghanistan et de l'Iran.

Par ailleurs, Antonio Guterres et le premier ministre britannique Boris Johnson se rencontrent ce lundi avec l'objectif d'éviter l'échec de la conférence sur le climat prévue le 31 octobre à Glasgow, en Écosse.

Nous sommes au bord du gouffre, a dit la semaine dernière Antonio Guterres, alors que des scientifiques préviennent que le réchauffement climatique pourrait devenir hors de contrôle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !