•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les machines électorales mettent les gaz dans Trois-Rivières en vue du scrutin lundi

Les visages des quatre candidats durant une entrevue.

De gauche à droite, les candidats dans Trois-Rivières : le néo-démocrate, Adis Simidzija, le conservateur Yves Lévesque, le libéral Martin Francoeur et le bloquiste René Villemure.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les machines électorales des partis fédéraux sont bien huilées en vue du jour du vote lundi. Les yeux sont rivés vers Trois-Rivières, une circonscription ayant été qualifiée de baromètre au fil des décennies.

Avec un résultat qui s'annonce serré, les candidats dans Trois-Rivières et leurs équipes n'ont plus que quelques précieuses heures pour faire pencher la balance en leur faveur.

D’ici la fermeture des bureaux de vote à 21 h 30 lundi, pas question de ralentir la cadence.

Martin Francoeur assis dans un fauteuil durant une entrevue.

Martin Francoeur est le candidat libéral dans la circonscription de Trois-Rivières aux élections fédérales.

Photo : Radio-Canada

Il n’y a rien qui est encore joué, ça peut se décider par 100, 150, 200 votes, convient le candidat libéral Martin Francoeur. Il peut compter sur des bénévoles qui ont pris part à près d’une dizaine de campagnes électorales pour appeler les sympathisants libéraux et les encourager à sortir voter.

De son côté, le candidat bloquiste René Villemure ne tient rien pour acquis.

Les gens vont dire : ''Le parti est en avance, donc je vais rester chez moi''. C'est ce bout-là [sur lequel il faut travailler]. On doit s'assurer que les gens qui veulent voter puissent voter. Certaines personnes nous ont appelés et ne peuvent pas se déplacer, on a prévu des chauffeurs, explique le candidat.

René Villemure assis dans un fauteuil durant une entrevue.

René Villemure est le candidat bloquiste dans la circonscription de Trois-Rivières aux élections fédérales.

Photo : Radio-Canada

Si l’équipe bloquiste a un local de campagne au centre-ville, ses bénévoles seront dispersés un peu partout en ville lundi.

La stratégie électorale a été différente chez les conservateurs, qui ont plutôt opté pour une campagne avec des bénévoles en télétravail.

Il y a moyen de faire autrement, sans local. Cette année, on a décidé, vu l'expérience il y a deux ans, [qu’il n’était pas nécessaire] de dépenser un, deux, trois mille dollars pour un local, juge le candidat conservateur Yves Lévesque.

Yves Lévesque assis dans un fauteuil durant une entrevue.

Yves Lévesque est le candidat conservateur dans Trois-Rivières aux élections fédérales.

Photo : Radio-Canada

Son équipe a tout de même loué une salle à l'hôtel Delta pour concentrer les derniers efforts de campagne lundi.

Portrait similaire chez les troupes néo-démocrates, qui ont choisi de faire leurs appels à distance.

Le NPD, ça a toujours été le parti des travailleurs, donc c'est sûr que les bénévoles, les gens qui s'impliquent dans le parti, ils travaillent. Donc, on fait le plus possible de travail à domicile, indique Kenya Frappier, directrice de campagne du candidat Adis Simidzija, à l’extérieur de Trois-Rivières dimanche pour des raisons personnelles.

Adis Simidzija assis dans un fauteuil durant une entrevue.

Adis Simidzija est le candidat du NPD dans la circonscription de Trois-Rivières aux élections fédérales.

Photo : Radio-Canada

Le plus gros du travail du candidat est pas mal terminé, c'est sûr que lui, il va surtout être sur le terrain demain, assure-t-elle.

Élections Canada aussi fin prête

Les équipes d’Élections Canada dans Trois-Rivières sont complètes et ont préparé dimanche les bureaux de scrutin pour le jour du vote lundi.

Dimanche après-midi, plusieurs employés ont fait des allers-retours pour transporter de l'équipement électoral destiné aux 29 bureaux de vote. Le directeur du scrutin à Trois-Rivières, Robert Ricard, confirme aussi qu'environ 650 travailleurs ont reçu la formation nécessaire en vue du vote.

Dans un contexte où les candidats libéral, conservateur et bloquiste sont au coude-à-coude dans la circonscription, laissant miroiter des résultats qui viendront tard durant la soirée électorale, Robert Ricard assure que ses équipes vont suivre les protocoles habituels de dépouillement afin de garantir la justesse du résultat. Selon lui, les premiers résultats devraient sortir vers 22 h 15.

Le décompte ne tient pas compte de la lutte. Ce qu'il faut s'assurer, nous autres, c'est que le décompte est bien fait et que les bons votes sont donnés aux bons candidats. C'est sûr qu'on leur demande de faire ça de façon minutieuse. C’est leur devoir, et ils le font très bien. Quand ils sont prêts, [les travailleurs] nous annoncent les résultats, explique-t-il.

Les bureaux de scrutin seront ouverts de 9 h 30 à 21 h 30 lundi.

Avec les informations de Raphaëlle Drouin et de Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !