•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Pas touche » aux galets de Cap enragé

Il peut paraître anodin de rapporter quelques galets chez soi, mais ils protègent un écosystème précieux pour diverses espèces.

Une plage de galets entre deux falaises

La plage de Cap Enragé, au Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'organisme de conservation néo-brunswickois Nature Trust est préoccupé par la disparition des galets de la côte du cap Enragé, qui sont enlevés par des visiteurs.

Selon Bethany Young, responsable de l'intendance au sein du groupe, la plage de galets est une barrière de défense naturelle du littoral, qui sert notamment à protéger un marais salant des marées de tempête de plus en plus fréquentes.

La plage de galets couvre une trentaine d'hectares, mais nous avons remarqué qu'ils sont convoités par des gens en quête de souvenirs, ou qui veulent s'en servir dans des projets d'art ou leurs aménagements paysagers , explique Bethany Young.

Ces galets ronds sont magnifiques, mais ils sont protégés et il est illégal de les retirer.

Une citation de :Bethany Young, Nature Trust

Or, depuis quelques années, le phénomène semble se répéter plus fréquemment, malgré les écriteaux placés sur les lieux, il y a une vingtaine d'années par la province.

Les falaises

Les falaises de Cap enragé, aux abords de la baie de Fundy au Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Pascal Gervais

Une barrière de protection

Ça peut paraître anodin de rapporter quelques galets chez soi, mais Bethany Young indique que la plage de galets protège le marais salant Barn, un écosystème précieux pour diverses espèces.

Le marais est abreuvé d'eau de mer de façon tout à fait naturelle.

Une vaste étendue d'herbe encerclée par des collines.

Le marais salant Barn est protégé des assauts de la mer par la plage de galets de Cap Enragé.

Photo : Radio-Canada / Contribution : Nature Trust

Avec les changements climatiques, le phénomène risque de se produire plus fréquemment, notamment lors d'ondes de tempêtes provoquées par des marées hautes à la pleine lune.

Le marais sera d'autant plus vulnérable si sa barrière de protection naturelle disparaît.

Le groupe Nature Trust veut surtout éviter qu'une plus grande quantité d'eau salée vienne perturber l'équilibre naturel du marais.

Cap enragé est considéré comme un des joyaux naturels du Nouveau-Brunswick. Situé à une vingtaine de kilomètres à l'est du Parc national Fundy, le cap offre des panoramas saisissants, avec ses falaises escarpées, sa plage de galets et son marais salant.

C'est aussi un site fossilifère d'intérêt, où certains spécimens vieux d'environ 320 millions d'années ont été découverts.

L'endroit est placé sous la protection de la Loi sur la conservation du patrimoine. Le groupe Nature Trust collabore aux efforts des agents de conservation pour empêcher les visiteurs de retirer des galets.

Selon Bethany Young, la plupart des visiteurs ignorent qu'un tel geste les expose à des amendes.

Le groupe Nature Trust songe à recourir à des caméras de surveillance posées sur les poteaux électriques si les visiteurs continuent d'enlever des galets.

Bethany Young affirme que le groupe ne cherche pas à chasser les visiteurs de l'endroit, mais plutôt à les encourager à en profiter d'une autre manière, en parcourant la plage, en s'adonnant à l'observation de la faune et en prenant des photos. Il faut que ce lieu puisse toujours être apprécié par les générations à venir.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !