•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ed Broadbent tente un dernier coup de pouce pour le NPD dans Ottawa-Centre

Un rassemblement du NPD à Ottawa-Centre.

La néo-démocrate Angella MacEwen était accompagnée d'Ed Broadbent, ancien chef du NPD, pour sa dernière journée de campagne.

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle Poisson

Radio-Canada

Après Jean Chrétien et Brian Mulroney, qui ont fait leur apparition respectivement dans les campagnes électorales libérale et conservatrice, l’ex-chef néo-démocrate Ed Broadbent a fait la sienne, dimanche, dans son ancienne circonscription d’Ottawa-Centre.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) espère regagner cette circonscription libérale représentée par la ministre sortante Catherine McKenna, qui ne sollicite pas de nouveau mandat.

Des experts et sondeurs n’écartent pas la possibilité que les troupes de Jagmeet Singh parviennent à reconquérir Ottawa-Centre au terme du scrutin de lundi, avec leur candidate locale Angella MacEwan.

J’aimerais souligner le soutien important, traditionnel, dans cette circonscription, pour la social-démocratie, a d’ailleurs lancé Ed Broadbent, dimanche matin, au cours du rassemblement partisan qui était organisé.

Thomas Collombat, politologue de l’Université du Québec en Outaouais, souligne en entrevue que le vote néo-démocrate est effectivement à surveiller dans Ottawa-Centre, selon lui.

À l’occasion, Ottawa-Centre est plutôt néo-démocrate.

Une citation de :Thomas Collombat, professeur agrégé de science politique à l'Université du Québec en Outaouais
Un homme en entrevue dans la cour de l'Université du Québec en Outaouais

Le professeur en science politique à l'Université du Québec en Outaouais, Thomas Collombat (archives)

Photo : Radio-Canada

Du même souffle, il note que c’est sans doute la seule circonscription d’Ottawa où le NPD peut fonder de l’espoir.

Le centre d’Ottawa et tout ce qui part vers Vanier-Orléans est assez solidement libéral. C’est dans la plus grande banlieue que ça se joue, et dans l’ouest de la ville, où le Parti conservateur devient plus compétitif, analyse-t-il.

Du côté de l'Outaouais, le professeur rappelle que les yeux seront surtout rivés sur la circonscription d’Argenteuil-La Petite-Nation, circonscription libérale que les bloquistes peuvent espérer ravir.

Mais il faut faire extrêmement attention aux sondages circonscription par circonscription parce que les chiffres ne sont pas assez importants et les marges d’erreur, par contre, sont très importantes, prévient-il.

Logement et transport, les enjeux prédominants

Par ailleurs, le politologue a rappelé que les enjeux du financement de projets de transports en commun ont occupé beaucoup de place dans les campagnes électorales locales des différents partis, d’un côté comme de l’autre de la rivière de l’Outaouais.

La question de l’accès au logement abordable, qui revient à chaque élection, est selon lui ressortie de façon encore plus forte, cette fois, en raison des impacts de la pandémie sur le marché immobilier.

Reste toutefois à voir comment les électeurs d’Ottawa et de l’Outaouais voteront puisque les enjeux nationaux peuvent aussi orienter leur choix.

La question va être de savoir quels sont les éléments qui vont peser le plus lourd, qu'on parle des garderies, qu'on parle d'une potentielle assurance médicaments [...]. Ces thèmes-là vont quand même influencer l'électorat local au même titre que l'ensemble de l'électorat canadien, conclut-il.

Avec les information d'Emmanuelle Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !