•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un estuaire sur l’île de Vancouver sera restauré grâce à un don de 6 M$

L'estuaire de la rivière Englishman.

Les fonds de 6 millions de dollars proviennent de la Fondation Wilson 5, fondation familiale de Chip Wilson, le fondateur de la société de vêtements sportifs Lululemon.

Photo : Nature Trust Colombie-Britannique

Radio-Canada

Grâce à un don de 6 millions de dollars, l’organisme Nature Trust Colombie-Britannique a acheté un terrain de 2,8 hectares près de Parksville, sur l’île de Vancouver. Il prévoit de remettre à l’état naturel une partie de l’estuaire de la rivière Englishman pour en faire un parc naturel public.

Cette acquisition fait partie d’une série de terres récupérée par l’organisme le long de la rivière Englishman depuis 1978, selon son président-directeur général, Jasper Lament. Nature Trust possède désormais 67,4 hectares de l’estuaire.

Le terrain est localisé de façon stratégique : en y rasant les bâtiments et autres infrastructures, l’organisme soutient qu’il pourra rétablir son aspect naturel, en lui donnant une large ouverture entre la rivière et la mer.

Cela améliorera la fonction de l’estuaire, ce qui en fera bénéficier tout le bassin hydrographique, affirme Jasper Lament.

Un habitat essentiel

Ce bassin est primordial aux cinq espèces de saumon du Pacifique qui vivent en Colombie-Britannique, mais aussi aux truites arc-en-ciel et à des centaines d’espèces d’oiseaux.

Cet estuaire lui-même est une étape importante de la migration du printemps, soutient Jasper Lament. Les bernaches, par exemple, s’y arrêtent tous les ans au mois de mars pour se nourrir des œufs de hareng du Pacifique.

Entre le retrait des infrastructures et des lignes de transmission électrique et la réintroduction des espèces indigènes, le travail de restauration prendra des années, souligne le porte-parole de l’organisme.

Cela demandera du temps avant que la végétation n’arrive à maturité et que son habitat ne retrouve sa fonction habituelle, renchérit Jasper Lament.

C’est une semaine excitante pour la conservation des territoires sur l’île de Vancouver se réjouit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !