•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des candidats de l’Est-du-Québec font le point sur leur dernière journée de campagne

Une femme ouvre la porte d'un bureau de vote.

C'est la dernière journée de campagne électorale fédérale au pays dimanche (archives).

Photo : La Presse canadienne / Peter Power

Radio-Canada

À moins de 24 h du scrutin, des candidats de la Côte-Nord, de la Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine et du Bas-Saint-Laurent profitent de la dernière journée de la campagne électorale fédérale pour tenter d'obtenir d'ultimes appuis.

La candidate libérale dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Léonie Lajoie, se dit optimiste.

Léonie Lajoie, candidate pour le Parti libéral du Canada dans Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques

Léonie Lajoie est candidate pour le Parti libéral du Canada dans Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques (archives).

Photo : Radio-Canada / Sébastien Ross

Pour la dernière journée de campagne, elle visite Rimouski, le Bic, Trois-Pistoles et Saint-Michel-du-Squatec, où elle réside.

La candidate dit souhaiter son élection, tout comme celle d'un nouveau gouvernement libéral à Ottawa. Selon Mme Lajoie, la circonscription gagnerait à sortir de l'opposition.

À ce que j'ai lu, que ça fait presque 17 ans que la circonscription de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques est dans l'opposition. Ce que j'aimerais, c'est avancer avec les gens de mon compté.

Une citation de :Léonie Lajoie, candidate libérale dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques

Léonie Lajoie n'identifie pas un grand enjeu qui fera la différence dans le choix des électeurs demain. Selon ses observations, les enjeux prioritaires des électeurs varient beaucoup d'une personne et d'une communauté à l'autre.

Pénurie de main-d'œuvre

Le candidat conservateur et député sortant dans Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, Bernard Généreux, termine lui aussi sa campagne électorale sur le terrain.

Le député de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, Bernard Généreux

Le candidat conservateur de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, Bernard Généreux (archives).

Photo : Facebook/Bernard Généreux

Il a débuté sa journée de dimanche au Vignoble du Faubourg de Saint-Jean-Port-Joli et l'a poursuivi à une exposition de voitures anciennes, à Sainte-Perpétue.

Selon M. Généreux, beaucoup d'électeurs veulent remplacer Justin Trudeau au poste de premier ministre. Il explique que la rareté de main-d'œuvre a été un fil conducteur tout au long de sa campagne.

Le candidat conservateur et député sortant indique avoir fait du porte-à-porte dans les 58 municipalités de sa circonscription durant la campagne électorale.

Je vous dirais que la PCRE, la PCU, les gens ont gardé un goût très amer par rapport à ça. Particulièrement dans les circonstances actuelles où toutes les entreprises manquent de personnel.

Une citation de :Bernard Généreux, le candidat conservateur dans Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup

Ce fut une constante durant toute la campagne et encore aujourd'hui, on m'en parle, soutient Bernard Généreux. Ça fait deux, voire trois fois que je viens à Sainte-Perpétue. À chaque fois, on me dit la même chose et c'était partout sur le territoire, ajoute-t-il.

Déclenchement des élections inutile

La députée sortante et candidate bloquiste dans la circonscription de Manicouagan, Marilène Gill, profite de la journée de dimanche pour passer du temps avec sa famille, qu'elle a peu vu au cours des dernières semaines. Lundi, sans être sur le terrain, elle indique qu'elle fera des appels pour encourager les citoyens à se rendre aux urnes.

La députée fédérale de Manicouagan, Marilène Gill

La candidate du Bloc pour la circonscription de la Manicouagan, Marilène Gill (archives)

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Marilène Gill insiste toujours sur le fait que l'élection déclenchée par le gouvernement Trudeau était inutile.

Elle croit que beaucoup d'électeurs partagent cette conviction et que ceux-ci devraient voter pour le Bloc québécois.

J'espère qu'avec ce qu'on a fait comme travail sur le terrain au cours des dernières semaines, le Bloc québécois, que tant les gens de la Côte-Nord que les gens du Québec se diront: si on veut des changements, si on veut un gouvernement minoritaire, il faut voter pour le Bloc.

Une citation de :Marilène Gill, candidate bloquiste dans la circonscription de Manicouagan

C'est une façon d'assurer un gouvernement minoritaire et en même temps d'avoir une balance du pouvoir pour le Québec, expose-t-elle.

La politicienne espère que Bloc ait la balance du pouvoir à Ottawa après l'élection et souhaite que son parti fasse élire 40 députés.

Un succès qui passe par le vote des jeunes

De son côté, le candidat du Nouveau parti démocratique (NPD) dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Sylvain Lajoie, a terminé sa campagne électorale samedi.

Il est d'avis que le succès des néo-démocrates dans l'Est-du-Québec passe par le vote des jeunes qui, selon le candidat, partagent les valeurs du NPD.

Si eux [les jeunes] sortent pour aller voter, on pourrait bien voir le NPD qui rentre dans le Bas-Saint-Laurent et qui revient s'installer.

Une citation de :Sylvain Lajoie, candidat du NPD dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques
Sylvain Lajoie, candidat du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription de Rimouski-Neigette - Témiscouata - Les Basques, souriant à la caméra.

Sylvain Lajoie, candidat du NPD dans la circonscription de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques. (archives)

Photo : Stephanie Cambria

Pour sa part, le candidat conservateur dans la Manicouagan, Rodrigue Vigneault, n'a pas fait campagne dimanche. L'idée des électeurs est déjà faite selon lui. Il n'a pas non plus accordé d'entrevue au sujet de la fin de la campagne.

Avec les informations de Djavan Habel-Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !