•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dormir dans les anciennes maisons des gardiens du phare de Pointe-des-Monts

On voit au loin le phare rouge et blanc entouré de maisons blanches à toits rouges, sur le bord du fleuve.

Après trois ans de rénovation, les anciennes maisons des gardiens du phare ont été converties en résidences touristiques.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada

Les anciennes maisons construites dans les années 1950 qu'occupaient les gardiens du phare de Pointe-des-Monts, sur la Côte-Nord, ont été converties en chalets touristiques après trois ans de rénovations. Originaire de la Montérégie, la propriétaire Anne-Marie Maguire a eu un coup de cœur pour l'histoire qu'elles revêtent, mais surtout pour la Côte-Nord.

Les maisons qui accueillent des touristes depuis la mi-juillet ont reçu beaucoup d'amour de la part de l'entrepreneure, qui les a rénovées de fond en comble.

Les résidences touristiques font dos à la forêt.

C'est d'abord le mari d'Anne-Marie Maguire qui a vu les maisons à vendre lors d'un voyage de chasse et de pêche.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

C'est l'époux de Mme Maguire qui a vu les maisons à vendre lors d'un voyage de chasse et de pêche en 2019. L'entrepreneure montréalaise est tout de suite allée les visiter.

On n'aurait pas pu arriver lors d'une pire journée. Il ventait, il pleuvait, il faisait froid... Je l'ai regardé [mon époux] et j'ai dit go, on embarque. Je suis tombée en amour. Même si c'était la pire journée, c'était quand même beau, magique, unique.

Une citation de :Anne-Marie Maguire, propriétaire des résidences touristiques Havre du Phare
Anne-Marie Maguire se trouve sur une des terrasses d'une résidence touristique, face au fleuve.

Anne-Marie Maguire est la propriétaire des résidences touristiques.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

La propriétaire veut miser sur la location des résidences à des touristes pour faire connaître la région.

Je veux que les gens aient le même coup de cœur qu'on a eu, la première fois qu'on est venu ici; le potentiel est là, explique Anne-Marie Maguire. Je trouve ça dommage qu'il n'y ait pas beaucoup de gens qui connaissent [ça] ici, ajoute-t-elle.

Je dirais que les maisons manquaient d'amour et qu'elles étaient éteintes. Je crois beaucoup à redonner une âme; chaque maison a une âme. Je voulais vraiment les faire revivre, ces maisons.

Une citation de :Anne-Marie Maguire, propriétaire des résidences touristiques Havre du Phare
On peut voir l'intérieur d'une des résidences touristiques entièrement rénovées.

L'intérieur d'une des résidences touristiques

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

La plomberie, l'électricité, le revêtement, les fenêtres ainsi que la toiture ont été rénovés.

Garder l'histoire du fleuve dans les maisons

Les deux maisons ont été nommées en hommage aux deux derniers gardiens qui ont occupé les maisons, soit la Landry et la Boudreau. Anne-Marie Maguire précise que M. Boudreau est toujours vivant et qu'il demeure à proximité du phare, dans la municipalité de Baie-Trinité.

Les gardiens veillaient à la sécurité des marins qui circulaient sur les eaux du fleuve Saint-Laurent. Il arrivait parfois que des navires s'échouent près du rivage. La propriétaire a également tenu à mettre en lumière l'histoire de ces naufrages dans les chalets, notamment avec une carte qui relate les incidents.

Un aspect intéressant, c'est que le portail de notre domaine est fabriqué avec les chaînes du [navire] Cimba qui s'est échoué ici en 1915, expose-t-elle.

Anne-Marie Maguire pointe une liste de naufrages affichée sur le mur d'une des maisons.

Anne-Marie Maguire a souhaité mettre de l'avant l'histoire des naufrages sur le fleuve Saint-Laurent dans ses maisons.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Mme Maguire veut faire encore plus de recherches sur les maisons, au cours de l'hiver, afin de mettre davantage de l'avant leur saveur historique.

Avec les informations de Camille Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !