•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Barricadé en décembre, il dénonce le manque de services en santé mentale

Bruno Roy pose pour la caméra, il sourit.

Bruno Roy lance un cri du cœur pour que le gouvernement investisse davantage dans les services en santé mentale.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

« J'ai pété psychologiquement carrément », lance candidement Bruno Roy. Il fait référence à cette nuit de décembre 2020 où il a tenu les policiers en haleine et forcé l’évacuation de plusieurs résidences autour de la sienne. Atteint de bipolarité, il estime que sans cet épisode critique il serait toujours en attente pour obtenir de l’aide psychologique.

M. Roy garde très peu de souvenirs de cette nuit-là, tout est flou dans sa mémoire. Ce soir-là, je me souviens que je n'étais plus capable de vivre dans ce monde-là. J'ai dit, si je ne change pas les choses, je ne suis plus capable de supporter la lourdeur.

Le 3 décembre, il s’est barricadé dans sa résidence de Lévis pendant plus de 12 heures. L’homme qui était alors opposé aux mesures sanitaires aurait tenu des propos menaçants à l’endroit des policiers dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Heureusement, personne n’a été blessé, il a été arrêté, déclaré non criminellement responsable et surtout soigné. Parce qu’avant cet épisode, il avait déjà crié à l’aide. Il avait tenté de contacter son psychiatre.

Quand je l’ai appelé il y a un an et demi, il n’était pas là, il était parti à la retraite, ça fait que je me suis retrouvé sur une liste d’attente. On me renvoyait à l’urgence, l’urgence me donnait des Ativan. Le manque de suivi m’a mené à ça.

Camion du GTI.

Le Groupe tactique d'intervention (GTI) de la SQ avait été dépêché sur les lieux quand M. Roy s'est barricadé chez lui en décembre.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Il interpelle maintenant le gouvernement pour qu’il prenne le manque de ressources en santé mentale au sérieux, autant que la pandémie.

On ramasse des milliards en un après-midi pour sauver une cathédrale à Paris, mais quand on vient pour sauver des personnes, on a de la misère.

Une citation de :Bruno Roy

Je ne blâme pas mon médecin parce qu’il a pris sa retraite, je ne blâme personne, mais ce serait vraiment important qu'on se réveille par rapport à ça. Il y a tellement de personnes en crise présentement qui sont remises à elles-mêmes.

Donner au suivant

Bruno Roy s'inquiète du sort des personnes laissées à elles-mêmes, pas seulement en raison de problèmes de santé mentale. La cause des enfants malades le touche beaucoup.

Pour avoir passé un moment seul après ma crise psychologique, je trouve ça important de sortir le monde de l’ombre comme les enfants qui souffrent de maladies rares.

C'est pourquoi il organisait cette fin de semaine une activité de financement à sa bleuetière au profit du Fonds des Millepattes, un organisme qui soutient les familles ayant un enfant atteint d'une maladie rare. Plus de 700 tartes et autres produits sont en vente et 100 % des recettes seront remis à l'organisme.

Avec les informations de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !