•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de dollars d’amende pour des fêtards du district universitaire de Kingston

Des personnes rassemblées dans une rue, des détritus par terre.

Le 1er septembre, près de 2000 personnes s'étaient réunies dans le district universitaire, selon la Ville de Kingston.

Photo : Police de Kingston

Radio-Canada

Une semaine après avoir imposé un décret d’urgence, la Ville de Kingston est de nouveau confrontée à des fêtards du district universitaire. Vendredi soir, la police a dû intervenir dans une maison réunissant près de 30 jeunes, distribuant plusieurs milliers de dollars d’amende.

Vers 23 h 30, des policiers ont remarqué qu’une résidence de l’avenue Université semblait être l’hôte d’une soirée festive. Trois locataires les ont informés que la limite de 25 personnes, en raison des restrictions sanitaires de la COVID-19, était respectée.

Un superviseur de la police a demandé aux locataires de l’accompagner à travers les étages supérieurs de la maison, comptabilisant ainsi la présence des 25 personnes. Le superviseur a demandé si d'autres personnes se trouvaient dans le sous-sol, ce que les locataires ont nié. Or, quatre autres invités y étaient.

Aucun des occupants n'a été vu portant des masques et la distanciation physique n'était pas respectée, a noté la police de Kingston.

En tout, 12 personnes font face à des amendes de 2000 $, dont les trois locataires, qui pourraient devoir payer un montant encore plus élevé. La Loi sur la réouverture de l'Ontario prévoit en effet une amende minimale de 10 000 $ par personne hôte d’une telle soirée.

Au total, une cinquantaine d’infractions ont été remises, notamment un non-respect de la Loi sur les permis d'alcool en Ontario.

Un homme de 18 ans dans de beaux draps

De tout le groupe de fêtards, quatre ont été arrêtés. Luke Szabo, 18 ans, est celui qui se retrouve davantage en fâcheuse posture . Un peu plus tôt, vers 22 h, des policiers l’ont surpris consommant de l’alcool sur l’avenue Université. Aussitôt abordé par les agents de la paix, le jeune homme a tenté de se sauver, mais a rapidement été rattrapé.

Alors que les policiers procédaient à son arrestation, l’un des agents a cru l’avoir reconnu comme étant l’homme qui, deux semaines plus tôt, avait tenté de placer un sac sur la tête d’un autre policier de Kingston avant de prendre la fuite.

Vendredi, ledit agent s’est rendu sur les lieux de la fête pour identifier Luke Szabo, qui a ainsi vu une accusation de voie de fait sur la police être ajoutée à son dossier. Le natif de Bradford, en Ontario, a été relâché samedi matin après une nuit au quartier général de la police de Kingston. Il devra revenir en Cour pour plusieurs chefs d’accusation, dont entrave au travail des policiers et ivresse dans un lieu public.

Le sergent fier de son personnel

Le sergent Steve Koopman a d’ailleurs tenu à saluer tout le personnel qui a travaillé dans le district universitaire au cours des dernières semaines. Il a précisé que la grande majorité des étudiants et des fêtards ont fait preuve de respect, mais nous avons également constaté une augmentation des comportements belliqueux, non conformes et même agressifs envers nos membres.

Pour le sergent, le plus regrettable dans tout cela est que ceux-ci ont transformé une simple infraction en une arrestation et une inculpation criminelles. Il souhaite qu’à l’avenir les restrictions liées à la COVID-19 et le corps policier soient davantage respectés.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.