•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’agrandissement des bandes riveraines sème la grogne à Orford

Une maison sur le bord d'un lac.

Les riverains d'Orford devront laisser davantage d'espace en friche sur le bord des lacs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après Sherbrooke, c'est au tour de la municipalité d'Orford de subir la grogne des riverains après avoir décidé d'exiger que la bande riveraine passe de 5 à 10 mètres.

L'objectif de la municipalité est de suivre les orientations du ministère de l'Environnement afin de mieux protéger ses cours d'eau.

De nombreux riverains, toutefois, craignent pour leur qualité de vie en voyant leur espace ainsi amputé.

C'est le cas de Renaud Lavigne, qui craint de perdre les aménagements qui avaient été faits sur son terrain.

Nous, on n'a pas de problème avec les 5 mètres. On vit avec ça depuis qu'on est arrivés, on s'ajuste. Mais avec les 10 mètres, je n'ai plus rien! déplore-t-il.

Pour se conformer au règlement adopté en mars dernier, les riverains doivent laisser la nature reprendre le dessus et éviter tout nouvel aménagement sur cette portion.

Que ce soit le foyer, le carré de sable, les balançoires, tout ça, on devra le laisser en friche. On ne pourra plus profiter du terrain. On va s'asseoir où? Pour en profiter, il va falloir couper des arbres? Ça n'a pas de sens non plus.

Une citation de :Renaud Lavigne, riverain

Les citoyens reconnaissent l'importance de protéger les cours d'eau, mais ne voient pas la nécessité de doubler la largeur exigée. Ils ont lancé une pétition en ligne qui a récolté près de 150 signatures afin de demander des assouplissements, notamment pour les anciennes constructions. Les gens qui arrivent pour acheter de terrains sur le bord de l'eau, la nouvelle réglementation, ils n'ont pas de problème avec ça. Les terrains sont normalement conçus en conséquence, précise M. Lavigne.

La mairesse Marie Boivin dit entendre les revendications des citoyens et se veut rassurante. Elle précise qu'un employé est allé à la rencontre des riverains pour étudier les différentes situations vécues. On va avoir un rapport, puis on pourra voir s'il y a des ajustements possibles, souligne Mme Boivin. Les riverains entendent néanmoins poursuivre leurs démarches. Ils déposeront la pétition au prochain conseil municipal pour relancer le dialogue.

D'après le reportage d'Arianne Béland

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !