•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la chasse à l’orignal avec maman

Deux chasseuses dans les bois,  vêtues d'habits de chasse.

La chasse semble gagner en popularité chez les femmes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La chasse à l'orignal n'est plus seulement une affaire d'hommes : les femmes s'adonnent de plus en plus à cette activité, qui se transforme pour accommoder cette clientèle.

La preuve, une jeune maman de Balmoral, dans le nord de la province, Émilie Cormier vivra une chasse très particulière cette année alors qu'elle devra emmener avec elle son bébé âgé de moins de 8 mois.

Un bébé dans les bras de sa mère, qui le regarde tendrement.

Le petit Lenox accompagnera sa mère à la chasse à l'orignal.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Le petit Lenox vivra ainsi sa toute première expérience de chasse à l'orignal. Sa mère détient l'un des 4817 permis octroyés au Nouveau-Brunswick cette année.

En tant que détentrice du permis, la jeune femme doit être présente en tout temps lorsque son groupe partira à la recherche de l'animal.

Puisque le conjoint d'Émilie Cormier sera également parti chasser avec un autre groupe, les préparatifs ont dû être réglés au quart de tour.

[Ça demande] de l'organisation! C'est des listes, c'est des bacs dans chaque chambre, puis aussitôt que je pense à quelque chose, je le mets dans les bacs, puis je prends des notes, reconnaît la jeune mère en riant.

En forêt, elle pourra heureusement compter sur l'aide précieuse de membres de sa famille.

Ma mère et ma tante vont être au camp, donc elles vont garder le petit pendant que moi, je vais aller chasser. Donc, au moins, j'ai deux gardiennes fidèles dans le bois.

Une citation de :Émilie Cormier, chasseuse

Son groupe surnommé Les femmes panaches comptera deux autres membres très compréhensifs.

Nous lui avons dit, regarde, c'est toi qui as les bébés, c'est toi qui as le permis; nous, on va y aller avec ton horaire à toi. Si on y va, on y va! Si on y va trois jours, on ira trois jours. Nous sommes flexibles, lance son amie Josée Doucet-Thériault d'Eel River Dundee.

Émilie Cormier tient ses deux enfants dans ses bras.

Émilie Cormier, jeune maman, amènera son bébé avec elle à la chasse à l'orignal, mais laissera l'aîné de ses enfants, Lydiane, à la maison.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Habituellement, on chasse du matin jusqu'au soir, de la première à la dernière minute. Mais cette année, on va chasser quand ça va être possible , précise Josée Doucet-Thériault.

Le petit Lydiane, qui a 3 ans, restera de son côté sagement à la maison. Malgré les contraintes, sa maman demeure sûre de ramener une belle prise. Émilie Cormier confie qu'elle se contentera de n'importe quoi qui est gros, puis qui a quatre pattes !

Son amie Josée l'appuie. On ne va pas y aller avec le stress cette année, on va y aller tranquillement. On va y aller avec flexibilité puis on va souhaiter d'avoir une belle prise.

La maman et ses partenaires de chasse espèrent néanmoins que le petit Lenox agira comme un rayon de soleil en forêt, peu importe le résultat.

D'après le reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !