•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un frigo communautaire devrait bientôt voir le jour à l’UQAT

Le frigo communautaire de l'Université de Sherbrooke rempli de fruits et de légumes.

Un frigo communautaire situé à l'Université de Sherbrooke.

Photo : Crédit : Facebook Frigo Free Go Université de Sherbrooke

Trois femmes de la région lancent un projet pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Il s'agit du frigo communautaire Free Go qui sera installé à l'entrée de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) de Rouyn-Noranda cet automne.

Les instigatrices du projet, Mélina Robitaille, Andréane Garant et Shanel Guertin, sont à la recherche de partenaires dans le domaine alimentaire pour les aider à concrétiser leur idée.

Les épiceries seront appelées à déposer des produits encore comestibles dans le frigo au lieu de les jeter : fruits, légumes, pains et dérivés, pâtes.

L'étudiante à la maîtrise en écologie à l'UQAT Andréane Garant travaille depuis un moment sur ce projet.

C'est un projet pilote pour trois mois. On dit aux partenaires et à l'université : on va essayer pendant trois mois, puis on va faire un bilan ensuite, puis vous allez voir si c'est quelque chose qui vous intéresse de continuer avec nous. Puis, faire un compte rendu à la population aussi comment fonctionne le projet et combien d'aliments on est capables de sauver avec ce projet-là, explique l'étudiante.

Le réfrigérateur communautaire de Sherbrooke.

Un réfrigérateur communautaire de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Vanessa Cournoyer-Cyr

D'autres frigos pourraient être installés en ville

Si le projet de l'UQAT est bien accueilli, d'autres frigos seront aussi installés un peu partout en ville.

Tout le monde peut l'utiliser. On a décidé de le mettre à l'UQAT parce qu'on a l'impression qu'il y a un grand bassin de personnes qui passent à l'université. Et aussi, ce sont des gens qui souvent sont plus près mentalement de ce genre de concept là de manger des aliments proches de la date de péremption, précise Andréane Garant.

C'est un beau projet qui lutte pour l'environnement, et on est en ce moment comme un peu en révolution pour tout ce qui est environnement. Et les gens sont de plus en plus conscientisés, ils sont prêts à avoir ce genre de projet émerger ici en Abitibi et qu'il nous faut des actions climatiques concrètes. Et ça s'inscrit là-dedans, même si c'est un petit pas, ajoute-t-elle en réponse à une question sur l'utilité et les retombées du frigo.

Andréane Garant s'est inspirée d'un projet similaire lancé il y a quelques années à Sherbrooke.

Des frigos communautaires sont également installés à Eastman et à Lévis, entre autres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !