•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans la circonscription baromètre de Peterborough–⁠Kawartha, rien n’est encore joué

Dans ce comté à la fois urbain et rural du sud-est de l’Ontario, les électeurs ont presque toujours voté pour le parti gagnant.

Trois affiches électorales dans une rue; une rouge, avec le nom de Maryam Monsef, une bleue, avec le nom de Michelle Ferreri, une orange avec le nom de Joy Lachica.

En 2019, la libérale Maryam Monsef avait remporté le siège de Peterborough—Kawartha avec quelque 3000 voix d'avance.

Photo : Radio-Canada

Depuis 1984, les électeurs de Peterborough-Kawartha votent pour le parti qui finit par former le gouvernement à Ottawa. Cette année, la course entre libéraux et conservateurs s’y annonce particulièrement serrée — et rien n’assure que la ministre libérale sortante Maryam Monsef gardera son siège. Visite dans une circonscription au flair politique inégalé.

Michael Bryant a toujours voté pour le Parti libéral du Canada — et se décrit même comme un fan de Pierre Elliott Trudeau. Mais cette année, il a changé de couleur politique. Je voulais voter pour quelqu’un qui a vécu des moments difficiles, qui a travaillé fort et qui vient d’un milieu modeste. C’est pourquoi j’ai choisi O’Toole, explique-t-il.

Michael Bryant devant son autobus.

Michael Bryant est propriétaire de la petite entreprise Town Trolley Tours.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Ce changement de camp est survenu en grande partie à cause de la pandémie. Michael est propriétaire d’un autobus d’époque qu’il a retapé. En temps normal, il offre des visites de Peterborough à des touristes, à des élèves ou à des retraités — environ 20 000 personnes montent à bord de son trolley rouge chaque année. Mais depuis mars 2020, l’entrepreneur raconte avoir perdu 85 % de son chiffre d'affaires.

On est au stade où il faut choisir entre notre maison et notre commerce, confie-t-il. Préoccupé par la relance économique, Michael croit que la plateforme libérale n’est pas à la hauteur. Il faut contrôler la dette, martèle-t-il, convaincu que de nombreux entrepreneurs de la région seront du même avis.

J’ai été un libéral toute ma vie, mais je n’aime pas la direction dans laquelle notre pays s’en va en ce moment.

Une citation de :Michael Bryant, entrepreneur

Une lutte serrée entre Monsef et Ferreri

En 2019, la libérale Maryam Monsef avait remporté son siège avec 3000 voix d’avance sur le candidat conservateur Michael Skinner, soit une avance de 4 %.

Éclaboussée par sa déclaration sur les talibans le mois dernier, la ministre sortante affronte cette année la conservatrice Michelle Ferreri, qui a elle aussi soulevé la controverse pour avoir visité une maison de retraite sans avoir été pleinement vaccinée.

Une femme assise sur une chaise à côté d'un drapeau canadien.

La ministre fédérale de la Condition féminine, Maryam Monsef

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Il n’y a pas vraiment de bon choix, donc il faut choisir le meilleur des plus "poches" lance une électrice de la circonscription, Natacha Martel, peu convaincue par les promesses des différents partis.

La mère de famille dit avoir voté pour Maryam Monsef en 2015 et en 2019. Mais lorsque nous la rencontrons jeudi, à quelques jours du vote, elle n’a pas encore pris sa décision.

En sortant, lundi, on verra. Ça va être comme eenie meenie miney moe [am stram gram en français, NDLR] et on verra ce qui arrive, conclut-elle.

Pourquoi Peterborough-Kawartha est-elle une circonscription baromètre?

Les logos des six partis fédéraux avec une aiguille qui oscille.

À quelques heures du vote, beaucoup d'électeurs canadiens sont encore indécis.

Photo : Radio-Canada

La lutte est serrée dans tout le pays et elle l’est tout autant dans cette circonscription baromètre, observe Nadine Changfoot.

La professeure agrégée à l’Université Trent rappelle que Peterborough-Kawartha a voté pour le parti vainqueur 16 fois sur 17 depuis 1975 — un taux d’exactitude de 94 % inégalé à l’échelle du pays.

Une caractéristique importante des circonscriptions baromètres, c’est d’avoir une composition urbaine avec la présence d’industries et une composition rurale avec de l’agriculture. Et c’est le cas à Peterborough, explique l’experte.

Nadine Changfoot devant une rivière

Nadine Changfoot est politologue à l'Université Trent.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

En plus d’avoir une composition à la fois urbaine et rurale, le comté abrite aussi une université de presque 10 000 étudiants et une réserve, celle de la Première Nation de Curve Lake. Cette diversité en fait une circonscription représentative de plusieurs facettes du pays, souligne Nadine Changfoot. L’experte s’attend à ce que le taux de participation soit élevé cette année.

Les gens sont très motivés à aller voter parce qu’ils ressentent un effet direct sur leur qualité de vie avec des enjeux comme la relance économique, la crise des opioïdes [ou] la santé, souligne-t-elle. Je pense que les gens savent pour qui ils veulent voter et c’est pourquoi on a vu beaucoup de gens voter par anticipation.

Un total de six candidats se présentent dans la circonscription de Peterborough-Kawartha.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !