•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parti de Maxime Bernier populaire auprès des « orphelins politiques »

Une affiche électorale de Noel Gautron

Le candidat du Parti populaire du Canada dans la circonscription de Provencher, Noel Gautron, estime que le Parti conservateur « manque de focus sur la liberté ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

On ne l’a pas vu aux débats des chefs, il est probable qu'il ne deviendra pas le prochain premier ministre du pays, mais tout cela n’empêche pas Maxime Bernier et son Parti populaire de se tailler une place dans les intentions de vote des électeurs, notamment dans les régions rurales plus conservatrices, comme la circonscription de Provencher, au Manitoba.

Si le Parti populaire du Canada (PPC) occupe une place encore marginale sur l’échiquier politique au pays, on voit cependant apparaître de plus en plus d'affiches électorales du parti dans la circonscription de Provencher.

Le candidat local, Noel Gautron, est galvanisé par ce qu’il perçoit comme la remontée de son chef.

Pour cette élection, dit-il, il y a le Parti conservateur qui manque de focus sur la liberté, et ça c'est important pour les conservateurs.

Son message résonne chez plusieurs. Marcus Hofmann, par exemple, donne habituellement son vote au Parti conservateur. Cette année, entre le bleu et le mauve, son cœur balance.

Une affiche du PPC et une affiche du PC côte à côte.

Des affiches électorales du Parti populaire du Canada côtoient souvent celles du Parti conservateur dans la circonscription de Provencher, où plusieurs ne seraient pas réfractaires au message anti-vaccination du PPC.

Photo : Radio-Canada

Je pense vraiment que le Parti populaire du Canada se démarque encore plus que les conservateurs et qu’ils se font les défenseurs des droits de la personne et de la liberté de parole, affirme Marcus Hofmann.

Au cours de ses visites dans la province, Maxime Bernier a rallié des Manitobains mécontents des mesures sanitaires en se faisant les champions de leur cause, allant jusqu’à braver les ordres sanitaires sur les rassemblements et sur l'obligation de s'isoler pendant 14 jours quand on entre dans la province.

Le chef du PPC fait aussi le plein de partisans auprès de la frange plus à droite du Parti conservateur, qui ne se reconnaît plus toujours dans les positions d’Erin O’Toole, comme le rappelle Félix Mathieu, professeur de sciences politiques à l'Université de Winnipeg.

Candidat du Parti libéral dans Provencher, Trevor Kirczenow le confirme. J’ai sans aucun doute entendu de la part d’électeurs du PPC que la seule chose qui les intéresse dans cette élection, c’est la vaccination. C’est leur seul enjeu, déplore-t-il. J’aimerais qu'ils voient un peu plus loin que ça.

Félix Mathieu.

Félix Mathieu est professeur de science politique à l'Université de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Pour Félix Mathieu, Maxime Bernier a réussi à proposer un véhicule qui rallie ce qu'il appelle les orphelins politiques.

Ces gens ne participent pas nécessairement au processus électoral formel, mais cette fois-ci, il semble qu'ils peuvent être représentés par le véhicule politique davantage antisystème que nous propose Maxime Bernier, lui qui véhicule des idées liées au libertarianisme, explique le politologue.

En date du 13 septembre, l’agrégateur de sondages qu’Éric Grenier gère pour CBC accordait 6,5 % des intentions de votes au PPC, ce qui est plus que le Parti vert et le Bloc québécois. Ce n’est pas clair s’il y a une concentration suffisante des appuis au Parti populaire pour faire élire des candidats, disait cependant M. Grenier.

Les Canadiens, qui vont aux urnes lundi, décideront dans quelle mesure le message du PPC aura su les attirer au cours de cette campagne électorale marquée par la pandémie de COVID-19.

Avec des informations de Chantallya Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !