•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme transforme de vieux vêtements en paniers pour chiens et murs antibruit

Un chariot d'épicerie est rempli de vêtements usagers.

Dans la région de Vancouver, 20 millions de kilogrammes de vêtements sont jetés chaque année.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’organisme de recyclage de l’île Gabriola, en Colombie-Britannique fait la promotion de trois prototypes qui permettent de transformer les vêtements usagés en nouveaux produits.

Sa directrice générale, Michelle Kresnyak, explique que l'organisme reçoit chaque année 45 000 kilogrammes de vêtements. La moitié est revendue dans sa friperie, l’autre moitié finit à la déchetterie.

Grâce à une subvention, l’organisme a cherché des moyens de réutiliser ces vêtements usagés, normalement destinés aux sites d'enfouissement.

Pour nous aider, nous avons fait appel à la communauté de Gabriola et dans la communauté il y a de nombreux artistes et des artistes qui travaillent les fibres et les matières textiles, des couturières, des designers. Donc ils étaient très enthousiastes de partager leurs idées avec nous, raconte Mme Kresnyak.

Trois produits ont été sélectionnés : un modèle de panneaux muraux acoustiques, un autre de paniers pour chiens et des serviettes essuie-tout.

Environ 45 % des déchets sont à base de polyester. Or, il est très difficile de faire quelque chose de ces fibres, souligne la directrice.

Nous savions qu’une partie des déchets seraient sûrement déchiquetés et transformés en matériau de rembourrage pour être utilisés autrement.

C’est ce qu’utilisent les coussins pour chiens et les panneaux antibruit. 

L'organisme a fait la promotion de ces produits lors d’un événement le mois dernier. Nous avons tout vendu très rapidement, assure Michelle Kresnyak, donc c’est la preuve qu’on tient quelque chose.

L'organisme espère ouvrir un espace dédié à la création d’objets recyclés et produire de nouveaux modèles d'ici cet hiver.

Nous espérons les vendre dans des boutiques en ligne et localement pour vraiment prouver que ce modèle peut fonctionner et être durable.

Michelle Kresnyak souhaite également que ce projet inspire d'autres communautés de la province. Rien que dans la région de Vancouver, 20 millions de kilogrammes de vêtements sont jetés chaque année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !