•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PM néo-écossais dénonce une manifestation devant la maison du Dr Strang

« Le Dr Strang ne mérite pas d'être harcelé, de se faire crier dessus ou d’être effrayé dans sa propre maison », déclare Tim Houston.

Tim Houston et Robert Strang sont assis à une table de réunion et discutent.

Tim Houston (à droite) rencontre le Dr Robert Strang (à gauche) le 18 août 2021, au lendemain des élections provinciales.

Photo : Len Wagg / Communications Nouvelle-Écosse

Radio-Canada

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse a dénoncé vendredi soir les lieux choisis par certains manifestants pour montrer leur désaccord avec son gouvernement.

Dans une vidéo, Tim Houston a condamné une manifestation qui s’était déroulée plus tôt dans la journée devant la résidence personnelle du docteur Robert Strang, le médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, à Fall River en banlieue d’Halifax.

Le premier ministre Houston a commencé son message en disant qu’il croyait à la liberté d’expression et au droit de manifester, mais qu’il y avait des endroits appropriés pour exercer ces droits.

Son propre bureau ou l’édifice qui abrite l’Assemblée législative, par exemple, sont des endroits appropriés, soutient-il.

Des manifestations comme nous avons vu plus tôt cette semaine devant des hôpitaux où les gens se font soigner lorsqu'ils sont malades ou, dans certains cas, se rendent visiter des personnes chères qui vont mourir, sont totalement inacceptables, a affirmé M. Houston dans un enregistrement d’environ 90 secondes.

Vous pouvez être mécontents des décisions du gouvernement, c'est votre droit. Vous pouvez exercer votre droit de faire entendre votre désaccord avec le gouvernement; mais de se rendre à la résidence personnelle de l'homme qui donne des conseils de santé publique au gouvernement est totalement inacceptable, a-t-il poursuivi.

Le Dr Strang ne mérite pas d'être harcelé, de se faire crier dessus ou d’être effrayé dans sa propre maison. Même chose pour sa famille et ses voisins.

Une citation de :Tim Houston, premier ministre de la Nouvelle-Écosse

Le premier ministre a exhorté ces personnes à agir en adulte (grow up, en anglais).

Il est prévu que la Nouvelle-Écosse passe à la dernière étape de son plan de déconfinement le 4 octobre, à la date même où une preuve de vaccination commencera à être exigée dans la province pour accéder à certains lieux ou participer à certaines activités non essentielles.

Les citoyens qui désirent manger au restaurant, fréquenter un bar, aller au cinéma ou au centre d'entraînement devront, par exemple, montrer qu’ils sont pleinement vaccinés contre la COVID-19.

Le gouvernement provincial qualifie ce système de preuve de vaccination et n’utilise pas l’expression passeport vaccinal car, selon le Dr Strang, il ne s’agit pas d’un passeport.

En conférence de presse, Robert Strang porte une cravate avec des dessins de virus dessus.

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le 22 avril 2021 à Halifax

Photo : Len Wagg / Communications Nouvelle-Écosse

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Nouvelle-Écosse a confirmé qu’un petit groupe de personnes s’est rassemblé vers 16 h, vendredi, devant la résidence du Dr Robert Strang.

Le tout s’est déroulé sans incident, a indiqué la caporale Lisa Croteau, porte-parole à la GRC.

Les gendarmes, dit-elle, ont veillé à ce que les individus réunis ne bloquent pas la circulation et n’entrent pas sur une propriété privée.

Ce genre de manifestation est permise, dit-elle, tant que les participants restent dans un lieu public sans gêner la circulation, n’entrent pas sans permission sur une propriété privée et ne contreviennent pas aux règlements municipaux sur le bruit.

La porte-parole de la GRC estime néanmoins préférable que les gens manifestent devant des édifices publics plutôt que des résidences privées.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.