•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un troisième roman pour le Rimouskois Grégory Thorez

L'auteur Grégory Thorez.

Grégory Thorez est propriétaire du Domaine du Perchoir, un gite situé à Rimouski. En plus d'écrire, il est chauffeur d'autobus scolaire.

Photo : Gracieuseté de Grégory Thorez

Roxanne Langlois

Grégory Thorez, qui écrit sous le nom de plume Greg Thorez, lance ce samedi un troisième roman intitulé Je vais marcher. Le Rimouskois aux multiples vocations signe un drame qui relate la traversée du désert d’un père qui met les voiles... à pied, quelques jours après le décès de sa fille.

Camille, 14 ans, meurt tragiquement dans un accident de voiture. Serge, qui l’a pratiquement élevé seul, perd à cet instant précis sa raison de vivre. Il n’a plus, dès lors, aucune raison de rester sobre.

Plutôt que d’attenter à ses jours, l’homme de Rimouski choisit de mettre le cap vers la Gaspésie. Il se sent alors assailli par la sollicitude de certaines personnes. Les interrogations de la police ainsi que la curiosité des journalistes pèsent lourd sur ses épaules.

C’est un drame que je n’ose même pas imaginer vivre. Perdre un enfant, il n’y a rien de pire dans une vie. Lui, il n’a plus envie d’entendre parler de ce qui s’est passé. C’est quelqu’un qui n’aime pas particulièrement les voitures, donc il décide de partir à pied, explique l’écrivain, qui dit s’être inspiré d’un grand marcheur, son ami Jean-David Pelletier.

Page couverture du roman « Je vais marcher », du Rimouskois Greg Thorez.

« Je vais marcher », roman de Greg Thorez. L'oeuvre de la couverture est celle de Meghane Morel.

Photo : Éditions du Perchoir

Les personnages s’alternent au fil des chapitres. Le lecteur suivra sur la route le père endeuillé, qui se remémore les 14 années passées auprès de sa fille. Il aura également accès au récit de Camille, puisque l’adolescente relate elle-même les 20 jours qui précèdent son décès.

On voit ce qui s’est passé, ce qui a mené au drame. Je ne veux pas en révéler plus, mais ce n’est pas exactement ce que l’on pense au départ, résume celui qui est notamment propriétaire d’un gîte touristique.

Après deux premiers livres rédigés sur un ton humoristique et léger, Air Sol (2014) et Les terroristes (2016), l’écrivain originaire de la France souhaitait explorer un registre différent. C’est avec cette idée qu’il s’est lancé dans l’écriture de Je vais marcher, à l’été 2020.

Je ne renie pas mes deux premiers bouquins, mais je voulais faire quelque chose d’un peu plus sérieux, […] de plus psychologique, de plus fouillé. Je voulais aussi aller creuser des thèmes un peu moins agréables, lance celui qui est également conseiller municipal sortant du district Saint-Odile, à Rimouski.

Grégory Thorez, photographié à bord d'un autobus scolaire.

Grégory Thorez fréquente quotidiennement des jeunes dans le cadre de son emploi de chauffeur d'autobus scolaire.

Photo : Gracieuseté de Grégory Thorez

L’œuvre porte sur la paternité et la jeunesse, des thèmes qui sont chers à l’auteur qui est père de trois  adolescents et chauffeur d’autobus scolaire. Celui qui a dédié son troisième roman à ses deux filles aborde aussi les sujets de l’alcoolisme et de l’abus.

Je ne suis certainement pas une jeune fille qui a été abusée, mais c’est quelque chose d’actuel. J’avais envie de parler de ça, de ce que les femmes et les filles peuvent vivre, explique M. Thorez.

Les Gaspésiens et Gaspésiennes reconnaîtront certainement les paysages décrits par Greg Thorez, qui n’a pas choisi au hasard la route qu’emprunte son personnage principal.

La Gaspésie, c’est grand comme un pays et c’est le plus bel endroit du monde, selon moi. C’est aussi pour ça que j’ai choisi de vivre à Rimouski, pour en être pas loin.

Une citation de :Grégory Thorez, auteur de Je vais marcher

Le lancement de Je vais marcher, publié aux Éditions du Perchoir, est prévu pour samedi après-midi à la Brûlerie d’ici de Rimouski. L’œuvre sera prochainement disponible dans les librairies du Bas-Saint-Laurent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !