•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba fait fausse route dans la ventilation des écoles en période de COVID-19

Une classe vide avec de longues tables de travail et des chaises bleues

Le gouvernement du Manitoba soutient 14 projets de ventilation et de filtration d'air dans ses écoles pour 20,4 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Les investissements et les choix du Manitoba pour améliorer la ventilation dans ses écoles en période de COVID-19 sont insuffisants, indiquent des experts.

Médecins, enseignants et parents pressent la province de prendre des mesures pour améliorer la ventilation et la filtration dans les écoles afin de réduire les risques de transmission de la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

D’ici l’été 2023, le gouvernement s’est alors engagé pour 20,4 millions de dollars à financer des projets de ventilation et de filtration d'air dans 14 écoles. Les autorités ont promis également de verser 40 millions de dollars supplémentaires aux divisions scolaires pour d'autres améliorations en matière de santé et de sécurité. 

Le professeur au département de génie civil et minéral de l'Université de Toronto et expert en qualité de l'air intérieur, Jeffrey Siegel est critique envers la province à propos non seulement du niveau de financement, mais du nombre de projets soutenus.  

En fonction du projet, le Manitoba a dépensé de 130 000 dollars à 2,6 millions de dollars. Sur les 14 projets, 3 sont terminés et 3 autres devraient l'être cette année, selon la province. Les autres devraient être achevés d'ici l'été 2023.

Selon M. Siegel, cet engagement des autorités est insuffisant dans une province qui compte plus de 800 établissements scolaires.

Il cite l'exemple de l’Ontario qui a injecté 600 millions de dollars dans les travaux similaires.

Ainsi, 20 000 filtres à air à haute efficacité ont été déployés dans toutes les salles de classe de la province dépourvues de systèmes de ventilation.

L’approche du Manitoba critiquée

Le financement du Manitoba est destiné à des projets tels que la mise à niveau des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) et des unités de traitement de l'air.

La province s’appuie ainsi sur les recommandations de l'American Society of Heating, Refrigeration and Air-conditioning Engineers (ASHRAE).

Mais les directives provinciales ne traitent pas spécifiquement de l'utilisation de filtres à air portables dans les pièces sans ventilation mécanique. Elles recommandent aux écoles de ne pas utiliser ces pièces ou de trouver une solution technique.

Elles les invitent également à purger l'air de leurs bâtiments tous les jours pendant deux heures avant et après leur occupation.

Plusieurs experts estiment que la province aurait pu opter pour les filtres à air à haute efficacité ou une ventilation naturelle comme l’ont fait de nombreuses écoles. 

Le président du groupe de travail sur l'épidémie de l'ASHRAE, Bill Bahnfleth affirme que les filtres sont un moyen rentable d'obtenir le flux d'air nécessaire pour réduire la transmission des aérosols.

Il suffit d'utiliser des purificateurs d'air de base - il n'est pas nécessaire qu'il s'agisse d'installations de haute technologie. Les filtres à haute efficacité fonctionnent très bien et ont été testés et acceptés par la communauté des soins de santé depuis des décennies, note M. Bahnfleth.

Bill Bahnfleth qui est aussi ingénieur en mécanique spécialisé dans le contrôle des bioaérosols estime que dans les endroits où le climat est extrême, comme au Manitoba, améliorer l'efficacité des filtres pourrait être plus rentable qu’augmenter la ventilation. En effet, celle-ci nécessite que l'air soit chauffé ou refroidi pour répondre aux normes de température et d'humidité intérieures.

Les directives du Manitoba ne précisent pas de norme minimale de filtration, mais recommandent aux écoles de faire inspecter les systèmes CVC par un professionnel et de les régler pour maximiser l'apport d'air frais.

La Division scolaire de Winnipeg affirme qu'elle suit toutes les directives de santé publique, qui soulignent que la ventilation mécanique est la stratégie privilégiée pour la qualité de l'air intérieur.

Sa porte-parole Radean Carter indique dans un courriel que les systèmes CVC existants de la Division permettent aux écoles de maintenir des niveaux d'air frais adéquats, et que les filtres à air à haute efficacité dans les classes ne sont pas nécessaires.

L’enseignante à Winnipeg et porte-parole du groupe de défense Safe September, Lauren Hope, affirme que pour atténuer la propagation de la COVID-19 cet automne dans les écoles, la province et les divisions scolaires doivent améliorer leur système de ventilation 

Cette atténuation est très coûteuse, si l'on considère la mise à jour des systèmes de ventilation - en particulier dans la Division scolaire de Winnipeg, qui a les systèmes de ventilation les plus vétustes de toutes les divisions de la province, simplement parce que c'est un vieux quartier de la ville.

En attendant que tout soit mis en place, elle croit que tous les moyens sont bons.

Ce dont nous avons vraiment besoin, c'est de pouvoir ouvrir les fenêtres. Nous devons déplacer les déjeuners et tous les cours que nous pouvons à l'extérieur lorsque cela est possible, et ensuite nous devons avoir ... une filtration.

Avec les informations de Cameron MacLean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !