•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti libéral coupe les ponts avec un candidat torontois

Une femme avec une poussette marche devant une affiche de campagne électorale.

Une affiche de campagne de Kevin Vuong, à Toronto.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Radio-Canada

Une ancienne accusation d’agression sexuelle, depuis abandonnée, a poussé le Parti libéral à se départir de Kevin Vuong, le candidat désigné dans la circonscription torontoise de Spadina-Fort York.

Après un examen plus approfondi, M. Vuong ne sera plus un candidat libéral, et s'il est élu, il ne sera pas membre du caucus libéral, a fait savoir le parti de Justin Trudeau.

Cette décision a été prise quelques jours après que le Toronto Star a révélé que le candidat libéral dans Spadina-Fort York avait déjà été accusé d'agression sexuelle, une accusation qui a ensuite été abandonnée.

Le parti avait déjà demandé à M. Vuong de suspendre sa campagne vendredi.

Un homme devant un mur de brique et des graffitis.

Kevin Vuong briguait le poste de l'ancien député libéral Adam Vaughan.

Photo : CBC

Dans une déclaration, le candidat avait fait savoir que ces allégations [étaient] fausses et qu'il les avait vigoureusement combattues lorsqu'elles avaient été présentées pour la première fois.

Les révélations du Toronto Star ont par ailleurs suscité un examen par les Forces armées canadiennes. D'après les informations disponibles à l'heure actuelle, M. Vuong, réserviste militaire, n'a pas informé l'armée des accusations portées contre lui en 2019, a déclaré à CBC News le porte-parole du ministère de la Défense, Daniel Le Bouthillier.

Les militaires sont tenus de partager les accusations criminelles avec leur chaîne de commandement.

Perte d’un siège

Cette exclusion du parti signifie que les libéraux n’auront pas de candidat dans cette circonscription lors de cette élection. Le processus de nomination étant désormais clos, les partis ne sont pas autorisés à remplacer les candidats qui se retirent ou sont exclus de la course.

Cette circonscription a été représentée par le candidat libéral Adam Vaughan depuis sa création lors du redécoupage de la carte électorale en 2015. Il s'agit d'une des cinq circonscriptions du Grand Toronto où un député sortant ne se représente pas.

En l’absence de candidat, le Parti libéral est donc assuré de perdre un siège dans la carte de la Ville de Toronto qui était entièrement rouge à la dissolution.

Une décision trop lente, critique le NPD

En déplacement à Saskatoon, le chef du NPD Jagmeet Singh a critiqué le temps qu'il a fallu au Parti libéral pour prendre cette décision. Les libéraux ont mis deux jours à se débarrasser de ce candidat, ça n'aurait pas dû prendre 20 minutes, a-t-il lancé en conférence de presse. Ça montre qu'il [Justin Trudeau] ne respecte pas les femmes, qu'il n'écoute pas les femmes, qu'il ne croit pas les femmes, estime le chef néodémocrate.

Il s'agit d'un deuxième candidat libéral entaché par d'anciennes allégations d'inconduite sexuelle.

À Kitchener-Centre, Raj Saini avait annoncé début septembre qu’il retirait sa candidature, après qu'une enquête de CBC a fait état d’allégations de harcèlement, de propos et de comportements inappropriés envers des membres du personnel, poussant, là encore, le Parti libéral à retirer l'investiture à son candidat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !