•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les citoyens invités à lire plus à l’événement J’achète un livre du N.-B.

À l'avant-plan, un livre ouvert; à l'arrière-plan, une bibliothèque.

Des activités ont lieu samedi à Shippagan en avant-midi, puis à Caraquet en après-midi (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Les lecteurs et les lectrices du Nouveau-Brunswick ont l’occasion de découvrir des auteurs du Nouveau-Brunswick, samedi, lors de l’événement J’achète un livre du N.-B.

Les éditions Bouton d’or Acadie lancent cette initiative pour une deuxième année consécutive, après un fort succès l’an dernier.

C’est dans la foulée de la pandémie que cet événement s’est concrétisé. Comme tout le monde du milieu culturel, on était inquiets de ce qui allait se passer, explique la directrice Marie Cadieux. Cependant, elle estime que cette idée courait depuis plusieurs années, vu l’initiative déjà existante au Québec, soit J’achète un livre québécois.

Marie Cadieux, directrice littéraire et générale aux éditions Bouton d’or Acadie, désigne un autocollant sur un livre du Nouveau-Brunswick.

Marie Cadieux explique qu’une librairie à Tracadie a préparé un autocollant sur lequel est inscrit « livre du Nouveau-Brunswick ».

Photo : Radio-Canada

Cette année, les livres écrits par des auteurs néo-brunswickois ou provenant de la province sont identifiés. Ce sera pratique pour les clients et les touristes, curieux de découvrir la littérature acadienne, soutient la copropriétaire de la Librairie Pélagie, Isabelle Bonnin.

On mise sur la littérature en général, qui est produite ici, par nos auteurs, déclare-t-elle.

Isabelle Bonnin indique qu’il y aura plus que des nouveautés. On va sortir plein de choses pour faire découvrir plein d’auteurs.

Afin de promouvoir l’événement, des activités prennent place toute la journée de samedi. L’illustratrice Camille Perron-Cormier offrira un atelier pour présenter son métier, à Shippagan, en avant-midi. En après-midi, elle accompagnera les jeunes pour réaliser une bande dessinée, et ce, à la boulangerie Grains de Folie à Caraquet.

On a très hâte de l’accueillir et de voir venir le public la rencontrer et découvrir ce beau métier, affirme Isabelle Bonnin.

Isabelle Bonnin, copropriétaire de la Librairie Pélagie.

Isabelle Bonnin souligne le succès de cet événement l’année dernière.

Photo : Radio-Canada

Contre toute attente, on a eu une très belle réponse, autant dans notre librairie à Shippagan qu’à Caraquet, déclare-t-elle à propos du succès de l’événement l’an dernier.

Cela ressemblait un peu à des journées de Noël. Au moins la moitié des ventes étaient des livres du Nouveau-Brunswick.

C’est très bien, puisque cela veut dire qu’ils ont répondu à notre appel, ajoute-t-elle.

Les livres regagnent de la popularité

Tous les éditeurs, pas seulement en Acadie, mais partout, vous diront que les imprimeurs sont heureux, soutient Marie Cadieux.

Il y a des retards dans les sorties de livres, parce que vraiment, on imprime, on lit plus que jamais.

Une citation de :Marie Cadieux, directrice littéraire et générale aux éditions Bouton d’or Acadie

Par rapport à la confiance des auteurs du Nouveau-Brunswick, je pense qu’ils voient des résultats, ajoute-t-elle.

Ces dernières années ont été belles pour les éditions Bouton d’or Acadie, selon Marie Cadieux. Elle affirme que l’offre de livres est désormais plus grande. La maison d’édition possède d’ailleurs une nouvelle enseigne pour les adultes, Mouton noir Acadie.

Cependant, elle estime qu’il y a encore des défis pour l’industrie du livre, ainsi que des territoires, des choses à couvrir, des gens à rejoindre. Continuer à lire, c’est pas toujours évident. On perd souvent les adolescents en cours de route et les jeunes adultes aussi, trop occupés.

Marie Cadieux considère malgré tout que les livres sont là pour de bon. Cette problématique du livre numérique, ce n’est plus une préoccupation. La preuve est faite que les gens veulent des livres entre leurs mains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !