•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tests rapides dans les écoles primaires de 10 régions québécoises

Des tests rapides de dépistage de la COVID-19.

Des tests rapides de dépistage de la COVID-19.

Photo : Associated Press / Anupam Nath

La Presse canadienne

Québec affirme que le déploiement des tests rapides de dépistage de la COVID-19 dans les écoles primaires s'étendra à 10 régions.

Depuis lundi, de tels tests pouvaient être utilisés seulement dans des écoles primaires des quartiers de Montréal-Nord, Saint-Michel et Parc-Extension, à Montréal, et de Chomedey, à Laval.

Le ministère de la Santé dit maintenant vouloir prévenir les éclosions et éviter le plus possible la fermeture des classes avec l'extension de ces tests, qui fournissent un résultat en l'espace de 15 minutes.

Les tests seront utilisés pour des élèves qui développent, au cours de la journée, des symptômes s'apparentant à ceux de la COVID-19. Ils seront rendus disponibles en priorité dans les zones à haute transmission.

Les établissements scolaires de niveau préscolaire et primaire commenceront à faire passer des tests rapides d'ici la fin du mois de septembre, lorsqu'ils seront prêts, une fois les formations complétées, a indiqué le gouvernement, soulignant qu'il y avait déjà eu des rencontres avec nombre d'intervenants.

Le déploiement touche près de 1600 établissements et se poursuivra ensuite dans toutes les écoles primaires du Québec d'ici quelques semaines, a indiqué le ministère de la Santé, vendredi, par communiqué.

Les 10 régions visées sont celles où les risques d'éclosion sont plus grands en raison de la situation épidémiologique : Mauricie, Centre-du-Québec, Estrie, Montréal, Outaouais, Chaudière-Appalaches (pour les MRC de Beauce-Sartigan, Appalaches et Etchemins), Laval, Lanaudière, Laurentides et Montérégie.

Les parents devront préalablement consentir à cet éventuel dépistage en remplissant un formulaire de consentement transmis par l'école. En l'absence d'un tel consentement, aucun test ne pourra être effectué.

Dans le cas d'un test positif, l'élève sera isolé et le parent sera joint par téléphone afin qu'il puisse venir chercher son enfant, a précisé le ministère. Celui-ci devra passer un deuxième test dans un centre de dépistage.

Plus de 155 000 tests ont été distribués au réseau. D'autres tests seront livrés par la suite afin de répondre sans délai aux besoins des écoles, a-t-on indiqué.

Daniel Paré, directeur de la campagne québécoise de vaccination, a reçu le mandat de coordonner cette vaste opération de déploiement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !