•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infirmières manifestent leur mécontentement près du bureau d’Adrian Dix

Une personne joue du ukulélé au milieu d'un groupe d’infirmières qui portent des pancartes disant qu'elles en ont assez de faire des demandes.

Une vingtaine d’infirmières se sont rassemblées près du bureau du ministre de la Santé provincial, Adrian Dix, pour faire part de leur épuisement après plus d'un an et demi de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Dominique Lévesque

Radio-Canada

Une vingtaine d'infirmières se sont rassemblées vendredi matin près du bureau du ministre provincial de la Santé, Adrian Dix, à Vancouver, pour faire part de leur mécontentement. Elles ont dénoncé le manque de personnel, d'action devant leur épuisement professionnel et de vision de la part du gouvernement.

Tous ces facteurs combinés ont un impact sur la qualité des soins aux patients, selon Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers, qui a organisé des manifestations partout au Canada. Le ratio patient infirmière a un impact [direct] sur la qualité et la sécurité des soins, dit-elle.

Nous sommes épuisées et on manque de personnel tous les jours.

Une citation de :Christina Gower, infirmière

Les infirmières ont pu compter sur le soutien de membres de leurs familles et d’autres travailleurs de la santé qui sont sortis sous une pluie torrentielle pour les épauler. Les infirmières [ne] sont pas seulement fatiguées, elles sont cassées par le système, a analysé la Dre Karina Zeidler.

Au nom du groupe BC Nurses for Standards of Care, les infirmières ont déposé au bureau du ministre Dix une copie du rapport d'acte répréhensible en vertu de la Loi sur les divulgations faites dans l'intérêt public qu’elles ont envoyée à l'ombudsman de la Colombie-Britannique.

Dans cette lettre, le groupe d'infirmières demande à ce que la priorité soit la formation, le recrutement et la rétention des professionnels de santé.

Les infirmières réclament une rapide réorganisation de la formation. Elles exigent également de l’ombudsman qu'il détermine s’il y a eu détournement grave de fonds publics, une mauvaise gestion systémique et si les standards de pratique sont respectés.

Le ministre [...] continue de superviser un système qui exige que les infirmières se présentent conformément à la loi en tant que services essentiels, mais sans le nombre de mains nécessaires pour faire le travail en toute sécurité.

Une citation de :Lettre de BC Nurses for Standards of Care envoyée à l'ombudsman de la C.-B.

Augmentation des places pour étudier les soins infirmiers

Le ministère de la Santé affirme de son côté que des investissements majeurs sont prévus dans le budget 2021. Il prévoit 96 millions de dollars sur 3 ans dans le secteur de la santé et des ressources humaines, dont 500 nouvelles places dans les programmes de sciences infirmières.

Actuellement, il existe 2000 places pour étudier dans différentes branches afin de devenir infirmier, selon le ministère de la Santé qui reconnaît le besoin de plus de professionnels de la santé dans la province, y compris des infirmiers .

Selon le ministère, chaque année, c’est une moyenne de 1640 infirmières autorisées et 285 infirmières auxiliaires autorisées qui obtiennent leur diplôme dans la province. Ces chiffres concernent les cinq dernières années.

Des infirmières portant des masques discutent autour de pancartes disant qu'elles en ont assez de faire des demandes.

Les infirmières ont déposé une lettre au bureau d'Adrian Dix.

Photo : Radio-Canada / Dominique Lévesque

Le ministère assure que la province a plus que doublé les places en soins infirmiers spécialisés à l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique (BCIT), presque doublé les places dans les programmes pour les infirmières praticiennes, de 45 à 80, et étendu les programmes d'infirmières praticiennes à l'Université de la Colombie-Britannique, à l'Université de Victoria et à l'Université du nord de la Colombie-Britannique.

Afin d’améliorer la rétention des infirmières, le ministère a mis en place un système de remboursement des prêts étudiants pour celles et ceux qui décident de travailler dans une communauté mal desservie de la province.

Un nouveau programme à Fort St. John a également été lancé ce mois-ci, avec 16 places, pour permettre aux étudiants d'étudier plus près de chez eux. Auparavant, les étudiants se rendaient à Prince George ou à Terrace, explique le ministère.

Avec des informations de Dominique Lévesque

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !