•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vétusté de l’édifice Rosaire-Gendron de Rivière-du-Loup démontrée

Le garage de l'édifice Rosaire-Gendron.

L'édifice Rosaire-Gendron abrite les pompiers à Rivière-du-Loup.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Radio-Canada

Rivière-du-Loup a annoncé cette semaine que la Ville allait de l'avant avec la construction d'une nouvelle caserne incendie, malgré un dépassement de coût de près de deux millions de dollars par rapport à l'estimation initiale. L'édifice Rosaire-Gendron, qui abrite présentement les pompiers, a besoin de beaucoup de travaux et son piètre état motive la Ville à aller de l'avant avec les travaux de construction d'une nouvelle caserne.

Des infiltrations d'eau, des revêtements qui se décollent et un bitume défoncé ne sont que quelques-uns des indices qui indiquent l'état de l'édifice Rosaire-Gendron et que Radio-Canada a pu constater au cours d'une visite des lieux vendredi.

Il n'y a rien de fonctionnel pour la caserne actuellement.

Une citation de :Éric Bérubé, directeur incendie de la Ville de Rivière-du-Loup

La caserne de Rivière-du-Loup a plus de 50 ans et la vétusté du bâtiment a des impacts, notamment sur le matériel.

Dans le passé, il y a eu de l’infiltration d'eau et on voyait vraiment que les véhicules étaient atteints et vieillissaient beaucoup plus rapidement. La peinture s’écaillait. Donc, pour nous, ce sont des coûts d’entretien qui vont pouvoir être sauvés dans une caserne beaucoup plus adaptée, beaucoup plus moderne, explique le directeur incendie de la Ville de Rivière-du-Loup, Éric Bérubé.

Un toit intérieur en crépit et des signes d'infiltrations d'eau dans l'édifice Rosaire-Gendron.

L'édifice Rosaire-Gendron a besoin de rénovations.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Outre la vétusté, l'aménagement des lieux est inadéquat. Les pompiers sont situés d'un côté du bâtiment, tandis que le matériel et les camions sont situés d'un autre côté.

Ce n’est pas fonctionnel au niveau des opérations et ça nous occasionne des délais au niveau des interventions, à l'occasion.

Une citation de :Éric Bérubé, directeur incendie de la Ville de Rivière-du-Loup

Le directeur incendie de la Ville explique que cette distance à franchir pour se rendre aux équipements pose parfois problème en ce qui a trait au temps de réponse aux appels aux urgences.

On parle d’environ une minute, mais ça dépend de quel véhicule on va aller chercher. Si on va chercher le bateau qui est à l’extrémité, c’est sûr que c’est plus loin. Si on parle des autopompes, elles sont trois étages en dessous, précise-t-il à ce propos.

Un vestiaire dans lequel des habits de pompiers sont accrochés.

Dans l'édifice Rosaire-Gendron, les véhicules sont situés loin de l'aire de vie des pompiers.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Ces distances à parcourir représentent aussi des risques pour les pompiers. Bien qu'aucune enquête de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) n'est été ouverte au sujet de la caserne, la mairesse de Rivière-du-Loup reste vigilante.

On sait très bien que la CNESST surveille notre caserne. De là l'urgence d’agir parce que ça fait longtemps qu’on aurait dû la faire, cette caserne-là.

Une citation de :Sylvie Vignet, mairesse sortante de Rivière-du-Loup

Rappelons que la Ville reviendra sur le dossier de la construction de la nouvelle caserne le 20 septembre, lors de la séance du conseil municipal.

La nouvelle caserne de pompiers de Rivière-du-Loup sera construite dans le quartier Saint-Ludger. Les travaux doivent s'amorcer cet automne.

D'après un reportage de Fabienne Tercaefs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !