•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je ne me présente pas contre Valérie Plante, je me présente pour Montréal »

Denis Coderre sur scène, derrière un lutrin, devant les drapeaux du Canada, du Québec et de Montréal.

Denis Coderre veut redevenir maire de Montréal.

Photo : Radio-Canada

Denis Coderre souhaite que Montréal tourne la page sur une administration qu'il qualifie de « dogmatique » et de « méprisante » pour que la métropole retrouve le lustre qu'elle a perdu.

C'est un peu en ces termes que l'ex-maire a lancé vendredi soir la campagne qui – c'est ce qu'il espère – lui redonnera les rênes de l'Hôtel de Ville.

Je ne me présente pas contre Valérie Plante, je me présente pour Montréal, a-t-il lancé au cours d'une allocution de 30 minutes devant ses candidats et ses partisans, qui étaient pour l'occasion réunis au Cinéma Impérial, dans le Quartier des spectacles.

Sa plateforme électorale est prête. Elle a été entérinée par le parti la fin de semaine dernière et elle sera dévoilée au grand public dans les prochains jours, dit-il.

À l'entendre parler, la sécurité sera un enjeu central de l'élection.

Pas de stabilité, pas de prospérité. Ce n'est pas normal qu'à toute heure de la journée, une mère se demande si elle peut laisser sortir son enfant traverser la rue.

Une citation de :Denis Coderre, candidat à la mairie de Montréal

Montréal, qui est d'ordinaire une ville sécuritaire, souligne Denis Coderre, ne l'est pas, présentement. Et la meilleure façon de corriger un problème, c'est de commencer par le reconnaître, dit-il.

La formation de Valérie Plante, selon lui, doit arrêter de souffler le chaud et le froid sur le désarmement et le définancement et cesser de penser beaucoup plus à ses militants qu'à l'ensemble des Montréalais.

Outre la sécurité, la lutte contre l'itinérance et la pauvreté, les finances et les aînés devraient être au cœur de la plateforme électorale d'Ensemble Montréal.

À ce sujet, Denis Coderre a d'ailleurs officiellement demandé à l'administration Plante d'imiter Laval, Québec, et Longueuil et de permettre aux personnes âgées de 70 ans et plus de voter par la poste aux élections municipales afin de leur éviter de s'exposer inutilement à la COVID-19, le 7 novembre.

Or, les municipalités intéressées avaient jusqu'au 1er juillet dernier pour manifester leur intérêt en adoptant une motion au conseil municipal, ce qui, malgré les nombreux appels en ce sens lancés par Ensemble Montréal, n'a pas été fait.

Chantal Rossi agira comme colistière

Denis Coderre pourrait par ailleurs devenir conseiller de la ville dans l'arrondissement de Montréal-Nord si Valérie Plante était réélue.

Le chef d'Ensemble Montréal a choisi Chantal Rossi pour colistière. Si M. Coderre le décide, cette conseillère cédera sa place au conseil municipal si elle est élue et que son chef, lui, ne l'est pas.

Ce système de « colisitier » a été mis en place il y a plusieurs années pour permettre aux candidats à la mairie de siéger à l'Hôtel de Ville même s'ils ne parviennent pas à se faire élire directement.

Les deux élus en point de presse à l'hôtel de ville.

Chantal Rossi aux côtés de Lionel Perez, qui a assuré l'intérim d'Ensemble Montréal pendant les quatre années d'absence de Denis Coderre à l'Hôtel de Ville.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Mme Rossi, qui est conseillère du district d’Ovide-Clermont, avait également accepté de faire campagne comme colistière pour Denis Coderre aux élections de 2017. Ce dernier avait toutefois choisi de se retirer de la politique active au lendemain des élections. Lionel Perez avait pris sa place comme chef de l'opposition officielle.

Même s'il habite Ville-Marie depuis trois ans, Denis Coderre connaît bien le secteur de Montréal-Nord, lui qui a été député de Bourassa à la Chambre des communes de 1997 à 2013 avant de faire le saut en politique municipale. Son équipe a d'ailleurs pris les cinq sièges de l'arrondissement en 2017.

Valérie Plante, pour sa part, n'a pas encore annoncé qui sera son colistier ou sa colistière en 2021. Il y a quatre ans, c'est Sophie Mauzerolle, conseillère de la ville dans le district de Sainte-Marie, qui avait joué ce rôle pour elle.

Du renfort dans le Sud-Ouest, Ahuntsic-Cartierville et Lachine

Ensemble Montréal a aussi profité du lancement de sa campagne vendredi soir pour présenter trois nouvelles candidatures.

Cofondatrice de PME MTL Grand Sud-Ouest, Francine Verrier tâchera de déloger Benoit Dorais à la mairie de l'arrondissement du Sud-Ouest – une tâche qui s'annonce difficile, dans la mesure où celui-ci a récolté en 2017 71,41 % des voix, un sommet parmi tous les maires d'arrondissement de la ville.

Mme Verrier a été décrite par M. Coderre comme une sommité en matière de gouvernance, mardi soir. Elle sera donc responsable de ce dossier pendant la campagne électorale.

Le courtier hypothécaire Yves Normandin essayera pour sa part de se faire élire comme conseiller de la ville dans le district d'Ahuntsic.

Enfin, l'ex-conseillère d'arrondissement Kymberley Simonyik tentera un retour en politique dans le district J.-Émery-Provost de Lachine. Cette place était devenue vacante en raison du jeu de chaises musicales ayant suivi le retrait de la candidature de Julie-Pascale Provost à la mairie de l'arrondissement, mercredi.

Une pancarte de Denis Coderre.

Denis Coderre siégera-t-il au conseil de ville s'il est battu le 7 novembre prochain?

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Vendredi soir, 21 candidats d'Ensemble Montréal étaient déjà enregistrés auprès du président d'élection.

On est en train de compléter l'équipe, a assuré Denis Coderre pendant son allocution au Cinéma Impérial.

Jusqu'ici, 35 % des candidats d'Ensemble Montréal représentent la diversité, et plus de 45 % sont des femmes, s'est-il félicité. D'ailleurs, en cas de victoire le 7 novembre, c'est une femme d'affaires, Nadine Gelly, qui sera nommée présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal, a rappelé M. Coderre.

Il n'y a pas un poteau dans la salle, a-t-il lancé. Toutes les personnes qui sont ici ont toutes les chances du monde de gagner.

Il est d'ores et déjà assuré cependant qu'Ensemble Montréal ne présentera pas des candidas aux 103 postes électifs en jeu cet automne, puisque le parti a conclu une alliance ponctuelle avec celui du maire Luis Miranda dans l'arrondissement d'Anjou.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !