•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Néo-Brunswickoise Geneviève Lalonde vise maintenant les Jeux de Paris

Geneviève Lalonde sourit.

Geneviève Lalonde était très heureuse de revenir à Moncton. La préparation pour les Jeux olympiques.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

François Le Blanc

Maintenant que la poussière est retombée, six semaines après les Jeux olympiques de Tokyo, Geneviève Lalonde se prépare à redémarrer un cycle olympique. L'objectif : une participation aux Jeux de Paris, en 2024.

C'est le plan, lance Geneviève Lalonde, rencontré en marge de l'enregistrement de L'embarras du choix, de Radio-Canada Acadie. L'émission, qui sera diffusée le 26 septembre prochain à 19 h 30, lui a réservé quelques surprises.

Geneviève Lalonde regtarde deux personnes habillées avec des culottes courtes.

Geneviève Lalonde a donné des conseils à Matthieu Girard pour sauter des haies en course.

Photo : Radio-Canada / Annie Desjardins

Ce passage à Moncton lui permet aussi de visiter parents et amis. Celle qu'on surnomme la fusée acadienne prend encore un peu de repos avant de se lancer.

Physiquement, je suis en bonne forme. Pour ce qui est des compétitions, on va voir. Probablement les championnats nationaux de cross-country, qui vont avoir lieu à Ottawa, dans quelques mois. Autre que, ça, il y aura les Championnats du monde l'année prochaine. C'est toujours en vue, on se prépare pour ça. Puis, il reste seulement trois ans avant les prochains Jeux.

Une citation de :Geneviève Lalonde

D'ici l'été 2024, il y a encore beaucoup de travail et de sacrifices à faire pour porter à nouveau les couleurs du Canada. Mais, ça ne l'ennuie pas du tout, bien au contraire.

Des femmes courent et enjambent une barrière.

Après Tokyo, Geneviève Lalonde s'élance vers Paris.

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

C'est comme se brosser les dents. Je le fais chaque journée. J'ai de la chance, je peux le faire à l'international, aussi pour le moment. Puis, c'est quelque chose que je vais faire à vie, indique-t-elle.

Plus qu'une simple visite

Trois personnes debout dans un studio coloré.

Geneviève Lalonde, au centre, avec Frédérique Cyr-Deschênes, à gauche, et Mathieu Girouard, à droite, lors de l'enregistrement d'une émission.

Photo : Radio-Canada / Annie Desjardins

Geneviève Lalonde a beau vivre et s'entraîner en Colombie-Britannique pour sa carrière olympique, l'Acadie occupe encore une grande place dans son cœur.

Quelle chance que j'ai de voyager ici et de voir le monde qui m'a soutenir tout au long de ma carrière! C'est vraiment le fun de célébrer avec eux et de voir les gens, même si c'est encore à distance, souligne-t-elle.

En plus de sa 11e position à la finale du 3000 m steeplechase, elle a battu le record canadien qu'elle avait établi 5 jours plus tôt.

Elle est reconnaissante aussi envers toutes les personnes qui l'ont aidée, de près ou de loin.

La communauté, les gens de mon coin, m'ont aidé à être la personne qui je suis aujourd'hui. Puis, la personne que je suis a aussi été aux Olympiques. Donc, j'ai de la chance, reconnaît la coureuse.

Elle vient à peine de franchir le cap des 30 ans et elle est tout aussi déterminée.

Geneviève Lalonde traverse le fil d'arrivée.

Geneviève Lalonde lors de son arrivée après 10 km de course de cross-country en 2019.

Photo : Athlétisme Canada / Twitter

L'Acadienne a déjà hâte aux championnats de cross-country.

C'est mon ''happy place'', mon endroit heureux. C'est l'endroit où l'esprit du sport ressort. Tu compétitionnes contre tout le monde. C'est vraiment une différente atmosphère en comparaison avec la piste.

Une citation de :Geneviève Lalonde, à l'aube de sa prochaine saison de course

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !