•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Controverse à l’embauche : levée temporaire du blâme contre l’Université de Toronto

Campus de l'université de Toronto

L'ACPPU a déclaré avoir demandé la suspension du blâme après avoir déclaré que l'Université de Toronto avait répondu à l'une de ses principales demandes : offrir à nouveau le poste de directrice de son programme international des droits de la personne à Valentina Azarova.

Photo : Radio-Canada / (Evan Mitsui/CBC)

Radio-Canada

Un blâme contre l'Université de Toronto a été temporairement suspendu après une volte-face dans le processus d'embauche controversé pour recruter un directeur pour le Programme international des droits de la personne (PIDP) de la Faculté de droit.

L'Association canadienne des professeures et professeurs d'université (ACPPU), qui a commencé son boycottage en avril, a déclaré avoir appelé à une pause sur la mesure après avoir affirmé que l'école avait répondu à l'une de ses principales revendications : offrir à nouveau le poste de directeur de l'école Programme international des droits de la personne à la Dre Valentina Azarova.

En juillet 2020, la Dre Azarova a émergé comme étant le choix unanime pour être la nouvelle directrice du programme. Mais en septembre, l'Université avait complètement interrompu le processus d'embauche.

L'intervention alléguée d'un juge de la Cour canadienne de l’impôt et donateur de l’université pour bloquer le recrutement de la la Dre Azarova, une universitaire renommée pour ses nombreux travaux sur les violations des droits de l'homme par Israël dans les territoires palestiniens occupés a soulevé la controverse dans cette affaire.

L'établissement avait précédemment déclaré à Radio-Canada que cette décision était le fruit d’une considération du moment et de la logistique d'immigration – et non le fait que le processus d'embauche confidentiel avait été violé.

La Dre Azarova.

Valentina Azarova est une professeure universitaire spécialisée dans les questions des droits de l'homme dans les territoires palestiniens.

Photo : Hillary Rodham Clinton School of Law

Mme Azarova a décliné l'offre après mûre réflexion, selon l’ACPPU.

Sa décision, bien que regrettable, est bien compréhensible compte tenu de la réaction initiale de l’Université aux attaques infondées et calomnieuses sur sa réputation et ses recherches., a déclaré l'ACPPU dans un communiqué vendredi.

Un blâme est une décision qui demande au personnel académique de ne pas accepter de rendez-vous ou de discours dans un établissement jusqu'à ce que des changements spécifiques soient apportés.

L'ACPPU affirme que la mesure est rarement imposée et a été utilisée pour la dernière fois contre l'Université des Premières Nations en Saskatchewan en 2008.

Une victoire pour la liberté académique , mais des problèmes subsistent

Dans un communiqué de presse vendredi, le groupe a qualifié la décision de l'Université de victoire importante pour la liberté d'enseignement.

Mais il indique que le blâme ne sera pas officiellement et totalement levé tant que l'Université ne traitera pas d'autres aspects importants de l'affaire, qu’elle n'étendra pas explicitement les protections de la liberté d'enseignement aux postes de direction académique et qu’elle n'élaborera pas des politiques pour interdire l'ingérence des donateurs dans les affaires académiques internes.

La décision finale de lever ou non le blâme appartiendra au conseil de l'ACPPU lorsqu'il se réunira en novembre.

Il y a quelques jours, le réseau CBC a révélé avoir eu accès à des documents indiquant que le juge fiscal au centre de la controverse, David Spiro, avait été empêché de présider des affaires impliquant des musulmans, car des allégations de son ingérence dans l'embauche de Mme Azarova étaient en cours de révision.

Le juge Spiro, devant un drapeau canadien.

Le juge David E. Spiro serait intervenu pour interrompre le processus de recrutement de Valentina Azarova à l’Université de Toronto, ce que l'établissement réfute.

Photo : Balfour/Cour canadienne de l'impôt

Il est allégué que le juge Spiro aurait utilisé son influence en tant qu'ancien élève et donateur important de la faculté de droit de l'école pour tenter de bloquer l'embauche de Valentina Azarova.

Selon le conseil de l’ACPPU, le juge Spiro, qui siégeait au conseil d'administration du Centre consultatif des relations juives et israéliennes, a fait part de ses inquiétudes concernant l'embauche de la Dre Azarova à un ami de l'Université et a averti que cette nomination pourrait nuire à la réputation de l'établissement.

Le juge Spiro, qui n'a pas répondu à la demande de commentaires de CBC, semble avoir été exclu de ce type d'affaires à partir d'octobre 2020, plutôt qu'avoir été suspendu de la magistrature jusqu'à ce que les allégations à son endroit soient résolues.

Le procès reste devant les tribunaux

Après un examen de huit mois, le Conseil canadien de la magistrature a conclu que David Spiro n'aurait pas dû intervenir dans la nomination de la Dre Azarova, mais a conclu que son intervention s'est faite en tant qu’ancien élève plutôt que comme un juge de la Cour canadienne de l’impôt.

Bien que le juge ait commis de graves erreurs, celles-ci n'étaient pas suffisamment graves pour justifier une recommandation de révocation, a conclu le comité d'examen.

Dans un communiqué annonçant le blâme, l'ACPPU avait déclaré qu'elle jugeait invraisemblable de conclure que l'appel du donateur n'a pas déclenché les actions subséquentes ayant entraîné l'arrêt soudain du processus d'embauche .

Une action en justice a depuis été intentée contre le Conseil canadien de la magistrature en raison d'un désaccord envers ses conclusions et accusant l'organisme d'avoir violé ses politiques dans le traitement des allégations contre le juge Spiro.

Avec les informations de CBC News, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !