•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président du Salvador dit non à l’avortement et au mariage entre homosexuels

Un homme est accompagné d'une femme, tous deux portent un couvre-visage et l'homme salue de la main.

Le président du Salvador, Nayib Bukele, a refusé un projet de réforme de la Constitution qui aurait autorisé les unions entre personnes de même sexe et les avortements thérapeutiques.

Photo : Associated Press / Salvador Melendez

Agence France-Presse

Le président du Salvador Nayib Bukele a refusé vendredi toute réforme de la Constitution qui permettrait l'avortement thérapeutique ou le mariage entre homosexuels.

J'ai décidé, pour qu'il ne subsiste aucun doute, de ne proposer aucune réforme d'aucune sorte à aucun article [de la Constitution] qui ait à voir avec le droit à la vie [depuis le moment de la conception], avec le mariage [homosexuel] ou avec l'euthanasie, a-t-il déclaré sur Facebook.

M. Bukele a reçu jeudi le projet de réforme de la Constitution élaboré à sa demande par le vice-président Félix Ulloa.

Le chef de l'État a décidé de retirer du texte la référence au mariage entre conjoints qui remplaçait le mariage entre un homme et une femme, comme cela est mentionné dans la Constitution en vigueur.

De même, il a rejeté le passage qui reconnaît le droit à la vie, aussi bien de l'enfant à naître que de la mère enceinte, ce qui ouvrait la voie à l'avortement thérapeutique lorsque la vie de la mère est en danger.

Le Code pénal salvadorien interdit l'avortement dans tous les cas et prévoit des peines allant jusqu'à huit ans de prison. Cependant, les procureurs et les juges classent les cas d'avortement, y compris involontaire, comme homicides aggravés, passibles d'une peine pouvant aller jusqu'à 50 ans de prison.

En revanche, le président n'a pas manifesté d'opposition à la prolongation du mandat présidentiel de cinq à six ans, à partir de la prochaine élection en 2027.

M. Bukele pourrait se présenter à ce scrutin grâce à un arrêt récent des juges constitutionnels qui bouleverse la règle jusqu'ici en vigueur qui interdisait à un président de briguer un deuxième mandat consécutif.

Dimanche, la Conférence épiscopale du Salvador avait stigmatisé les réformes envisagées touchant à l'avortement, l'euthanasie ou le mariage entre personnes du même sexe.

Nayib Bukele, 40 ans, au pouvoir depuis 2019, bénéficie d'une très forte popularité après avoir bousculé les partis traditionnels qui dominaient la politique salvadorienne depuis 30 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !