•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bandes dessinées : trouver les coupables de Mégantic et devenir malentendant

Les couvertures des bédés Mégantic, un train dans la nuit et de Ma vie en lo-fi.

Nos suggestions de bandes dessinées : une recherche sur les véritables coupables de la tragédie de Mégantic et un témoignage sur la surdité.

Photo : Radio-Canada / Écosociété et Mécanique générale

Tanya Beaumont

Deux bandes dessinées ancrées dans le réel. La première remue les souvenirs de la tragédie de Mégantic pour en trouver les véritables coupables et la seconde est un portrait sensible d'un auteur qui devient malentendant.


Mégantic, un train dans la nuit (Éditions Écosociété, collection Ricochets)
Texte : Anne-Marie Saint-Cerny
Dessin : Christian Quesnel
96 pages


Les souvenirs du 6 juillet 2013 sont encore douloureux. L’auteure et militante de terrain Anne-Marie Saint-Cerny s’attaque à ce drame pour la deuxième fois, après l’essai Mégantic, Une tragédie annoncée. Cette fois-ci, une grand-mère et sa petite-fille servent de fil conducteur à cette quête de réponses. Qui est le véritable coupable de cette tragédie?

Avec beaucoup d’humanité et d’émotion, l’album fouille les causes réelles de l’accident. Bien avant le soir de l'explosion.

C’est tout le travail de recherche d’Anne-Marie Saint-Cerny qui est décortiqué en dessins et qui montre du doigt les véritables responsables, pas ceux à qui on a voulu faire porter le chapeau.

Un dessin de train qui traverse la forêt dans plusieurs cases. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une planche de la bande dessinée «Mégantic, un train dans la nuit».

Photo : Écosociété

Une place importante est laissée aux victimes. Celles de la tragédie, mais aussi aux victimes collatérales. Le dessin de Christian Quesnel leur rend hommage avec bienveillance.

Une bande dessinée touchante et révoltante à la fois. Même si l’ouvrage fait moins de 100 pages, il est difficile de le lire d’un seul trait, tant il est chargé.


Ma vie en lo-fi (Mécanique générale)
Texte et dessin : Simon Labelle
72 pages


Simon Labelle est auteur de bande dessinée, écrivain et concepteur de sites Internet. Dans les dernières années, il est devenu malentendant. Dans Ma vie en lo-fi, il dessine ce qu’il n’entend plus. À travers ses illustrations, il raconte son adaptation à vivre avec la surdité.

Les sujets abordés sont très variés : les acouphènes qu’il endure, les malentendus avec les collègues ou le réglage des appareils. Il traite aussi de sa relation avec la musique, de l'empreinte carbone des appareils auditifs et de la manière dont des situations banales du quotidien peuvent devenir angoissantes. Malgré tout, le ton est léger et amusant.

Simon Labelle raconte avec simplicité et humour les hauts et les bas de sa nouvelle condition. On garde l’intérêt pour son apprentissage jusqu’à la fin, que la surdité touche notre entourage ou non.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !