•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc et le NPD posent leurs conditions à un éventuel gouvernement minoritaire

Yves-François Blanchet parle aux médias.

Yves-Francois Blanchet fait de l'augmentation des transferts en santé et de l'amélioration du sort des aînés ses conditions sine qua non pour travailler avec le prochain gouvernement.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Face à la possibilité d'un gouvernement minoritaire, le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique rappellent les dossiers prioritaires pour lesquels ils attendent l'adhésion du futur premier ministre, sans quoi ils ne l’appuieront pas à la Chambre des communes.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déjà fait savoir qu'il tenait absolument à ce qu'Ottawa augmente, sans condition, les transferts en santé à hauteur de 28 milliards de dollars. Il s'agit d'un élément central de sa plateforme électorale.

C'est assurément une condition, a déclaré M. Blanchet vendredi. Sans ça, ils ont un sacré problème, a-t-il ajouté à l'intention de ceux qui formeront le prochain gouvernement.

En visite en Mauricie, le chef du Bloc québécois a estimé que la 44e législature serait probablement formée par un gouvernement minoritaire.

Si ce scénario se concrétise, les partis devront s'asseoir à la même table et chercher à faire des compromis, tout en respectant les champs de compétences des provinces, a expliqué le chef du Bloc.

Bien qu'il souligne que les partis devront trouver des terrains d'entente, M. Blanchet n'entend pas céder sur certains dossiers qui lui sont chers, et qui se retrouvent au cœur de l’engagement de sa formation.

Outre la hausse du Transfert canadien en matière de santé, le Bloc québécois a fait vœu d'améliorer les conditions de vie des aînés, au terme d'une année de pandémie qui a mis en lumière les défaillances du réseau des CHSLD.

Il reviendra au prochain premier ministre du Canada d'assumer ses responsabilités, a poursuivi M. Blanchet, en s'assurant, notamment, d'avoir l'appui des autres partis aux Communes.

C'est ce qu'ont dû faire les libéraux, qui formaient jusqu'ici un gouvernement minoritaire, avec 155 sièges. À ce jour, M. Trudeau n'a pas voulu dire s'il avait déclenché des élections dans le but d'obtenir une majorité, soit 170 députés.

Un gouvernement minoritaire, c’est un désaveu de la centralisation à outrance des libéraux.

Une citation de :Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Comme les chefs fédéraux l'ont souligné à grands traits au cours de la campagne électorale, le déclenchement d'élections à l'aube d'une quatrième vague de COVID-19 au pays ne faisait pas le bonheur des Canadiens. Et personne ne veut une autre élection, a rappelé M. Blanchet.

Crise climatique et ultrariches

Le futur premier ministre pourrait aussi avoir à chercher l'appui des néo-démocrates. Pour l'heure, ceux-ci arrivent bons troisièmes dans les intentions de vote, écartés de la chaude lutte que se disputent conservateurs et libéraux.

S'il n'a pas fait une croix sur son objectif de devenir premier ministre du Canada, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a convenu qu'il fallait mettre les bouchées doubles pour gagner la confiance des électeurs.

Je sais et je savais depuis longtemps que ça prend du temps. C'est un travail difficile, mais je suis toujours prêt à travailler fort.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

J'adore la phrase, au Québec, on dit : ne lâche pas! Je ne lâche pas, jamais, a-t-il ajouté.

Jagmeet Singh et Gurkiran Kaur marchent côte à côte devant l'autobus de campagne du Nouveau Parti démocratique.

Jagmeet Singh a commencé sa journée à Sherbrooke, où il s'est adressé aux médias en compagnie de sa femme, Gurkiran Kaur.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Sans explicitement concéder que le prochain gouvernement sera minoritaire, M. Singh a néanmoins ciblé trois dossiers qu'il défendra coûte que coûte aux Communes.

Sans surprise, le chef néo-démocrate ne démord pas de son intention de taxer davantage les plus riches pour redonner aux gens [...] qui ont sacrifié beaucoup dans la dernière année. C'est numéro un, primordial, a-t-il affirmé.

M. Singh, qui s'est arrêté vendredi matin à Sherbrooke, compte aussi s'assurer que le prochain gouvernement mette un terme à la crise du logement et se dote d'un plan efficace pour lutter contre les changements climatiques.

Ce sont des éléments essentiels pour nous, a-t-il résumé.

Sous un gouvernement minoritaire – lorsque le parti au pouvoir ne détient pas une majorité des sièges au Parlement –, le premier ministre doit s'assurer de conserver la confiance des Communes et chercher à obtenir l'appui des autres partis pour faire adopter ses projets de loi.

Sans cette confiance, le pays pourrait être plongé dans de nouvelles élections avant la fin du mandat normal de quatre ans.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !