•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un crayon trace une croix sur un bulletin de vote.

Les aspirants maires et mairesses ont jusqu'au 1er octobre pour déposer leur candidature en vue du vote du 7 novembre.

Photo : iStock

Radio-Canada

À quelques jours du scrutin pour les élections fédérales, c’est au tour de la campagne électorale municipale d’être lancée vendredi.

Plus de 1 100 municipalités à travers le Québec entrent donc officiellement en élection, dont 42 en Maurice et 79 au Centre-du-Québec.

Les aspirants à la mairie ont jusqu’au 1er octobre pour déposer leur candidature en vue du vote du 7 novembre prochain.

Une course à deux à Shawinigan

Dans la région, le maire de Shawinigan, Michel Angers, a affirmé être fébrile après avoir officiellement fait le dépôt de sa candidature vendredi.

Je vais faire une campagne électorale comme je l’ai toujours fait, a-t-il indiqué. C’est-à-dire une campagne électorale positive, en tout respect des différents adversaires qui peuvent se présenter.

Michel Angers répond aux questions des journalistes devant l'hôtel de ville de Shawinigan.

Une course à deux s'annonce à la mairie de Shawinigan.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Celui qui est à la tête de la Ville depuis douze ans affrontera l’ancien député du Parti québécois dans Saint-Maurice Luc Trudel qui compte déposer son dossier de candidature lundi matin.

Michel Angers se dit prêt à faire campagne, un exercice qu’il affectionne et auquel il est particulièrement habitué.

Je pense que les gens ont été convaincus, au cours des douze dernières années, de ma volonté de faire en sorte que la Ville de Shawinigan puisse passer à une étape supérieure, et c’est exactement ce à quoi je vais m’engager pour les quatre prochaines années.

Une citation de :Michel Angers, maire de Shawinigan

Ailleurs dans la région

À Trois-Rivières, le maire sortant, Jean Lamarche, tentera lui aussi d’obtenir un nouveau mandat, alors que la conseillère municipale et ancienne candidate libérale aux élections fédérales, Valérie Renaud-Martin, espère devenir la première mairesse de la ville.

Le citoyen Pierre Côté a lui aussi l’intention de briguer la mairie de Trois-Rivières.

Quant à Nicolet, Geneviève Dubois pourrait être réélue sans opposition, alors qu’aucun autre candidat ne s’est manifesté.

Geneviève Dubois assise à son bureau.

Geneviève Dubois, mairesse de la ville de Nicolet

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

La course à la mairie de Bécancour, elle, pourrait se jouer entre Karl Grondin, attaché politique du député caquiste de Nicolet-Bécancour, et Lucie Allard, ancienne candidate du Parti québécois dans la même circonscription.

Le maire Jean-Guy Dubois avait déjà annoncé qu’il ne solliciterait pas un autre mandat, tout comme c’est le cas à Saint-Élie-de-Caxton où le maire sortant, Robert Gauthier, laisse la voie libre à la conseillère municipale Gina Lemire.

À La Tuque, une course à quatre se dessine entre le maire sortant, Pierre-David Tremblay, Normand Beaudoin qui a occupé ce même poste entre 2009 et 2017, le conseiller municipal Luc Martel et l’ancien maire de Saint-Pierre-les-Becquets Yves Tousignant.

À Louiseville et Saint-Roch-de-Mékinac, les maires actuels, Yvon Deshaies et Guy Dessureault respectivement, sont les seuls à avoir manifesté leur intérêt pour ces élections municipales.

Avec les informations de Marie-Ève Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !