•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Passeport vaccinal : les services policiers du Nord-Est prêts à répondre aux appels

Une voiture de police du Grand Sudbury.

Selon le service de police du Grand Sudbury, une augmentation du nombre d'appels est très probable. (Archives)

Photo : Radio-Canada / CBC/Erik White

Radio-Canada

Les services de police du nord-est de l'Ontario se préparent à une augmentation du nombre d’appels, alors que l'exigence de preuve de vaccination de la province entre en vigueur la semaine prochaine.

À compter du 22 septembre, les Ontariens devront être complètement vaccinés pour accéder à certains espaces publics intérieurs, dont les gymnases et les restaurants.

Aux entreprises de faire respecter les règles

En cas de problème, il est toujours possible d’appeler la police, a indiqué la ministre de la Santé Christine Elliott en conférence de presse plus tôt cette semaine.

Selon Marc Brunette du Service de police du Grand Sudbury, une augmentation d’appels liés à la COVID-19 ou à des enjeux spécifiques à la pandémie est très probable.

Toutefois, il soutient que le rôle de la police est de répondre aux plaintes et d’enquêter au besoin. Il ajoute également qu’un tri sera fait selon le degré d'urgence de l’appel.

Nous savons que certains appels ne seront pas urgents, précise-t-il. Certains appels relèveront probablement d'autres types de services, et nous allons collaborer avec nos partenaires communautaires à ce niveau.

Porter des accusations en dernier recours

Le service de police de Timmins espère que les efforts de communication de la province porteront fruit et qu’il y aura une bonne collaboration avec le système de passeport vaccinal.

Pour les personnes qui ne respecteront pas les nouvelles mesures, l’agent de communications du service de police de Timmins, Marc Depatie, affirme que les agents policiers se concentreront d'abord sur l'éducation.

Marc Depatie en entrevue devant le micro d'un journaliste de Radio-Canada.

Marc Depatie de la police de Timmins

Photo : Radio-Canada

Déposer des accusations liés à la pandémie est vraiment un dernier recours pour le service policier de Timmins, affirme-t-il.

Selon lui, les agents des règlements municipaux et les inspecteurs de la santé publique interviendront dans la plupart des cas, sauf lorsqu'une personne fait preuve d’hostilité.

Si une personne refuse de quitter une entreprise après avoir été invitée à le faire par le propriétaire, Marc Depatie mentionne qu’une accusation pourrait être portée en vertu de la loi qui encadre les propriétés privées.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !