•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nunavut entame sa campagne électorale territoriale

Les Nunavummiut se rendront aux urnes, le 25 octobre, pour élire le député qui les représentera dans chacune des 22 circonscriptions du territoire.

Iqaluit est la capitale territoriale du Nunavut.

Le 20 septembre marque le jour du scrutin fédéral, mais aussi le début de la campagne électorale au Nunavut.

Photo : CBC / Angela Hill

Alors que les Nunavummiut votent lundi pour leur prochaine députée fédérale, une seconde campagne électorale s’amorce au même moment : celle qui a pour but d'élire la sixième Assemblée législative du Nunavut.

Près de quatre ans après les dernières élections territoriales, les Nunavummiut devront se rendre aux urnes, le 25 octobre, pour élire les députés qui les représenteront dans les 22 circonscriptions du territoire.

Nous n’avons encore jamais tenu d’élections territoriales aussi rapprochées des élections fédérales, indique le directeur général d’Élections Nunavut, Dustin Fredlund. Il dit toutefois qu'il n'a pas vraiment peur que cette coïncidence ne porte ombrage au scrutin territorial.

Pourtant, dans la capitale territoriale, certains résidents ignorent qu’une campagne de 36 jours vient de débuter.

J’étais seulement au courant qu’il y avait des élections fédérales, admet Jennifer Moore, une résidente d’Iqaluit. Je devrais sans doute me pencher là-dessus un peu plus.

Jennifer Moore devant une rue d'Iqaluit.

Jennifer Moore avoue avoir été prise par surprise par les élections territoriales.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Je pense qu’au contraire, c’est une occasion pour les Nunavummiut de tout faire d’un coup, affirme quant à elle Angela Briffett, qui croit que les élections territoriales sont celles qui touchent le plus les résidents du territoire.

En tout, 17 851 électeurs seront en mesure de voter cette année, selon Élections Nunavut. Ces derniers auront l’option de voter en personne, par la poste ou à leur domicile par l’intermédiaire d’un bureau de scrutin mobile pour les personnes à mobilité réduite. Il ne sera par ailleurs pas possible de voter par voie électronique.

Ceux qui se trouvent à l’extérieur du territoire dans des secteurs isolés auront aussi accès à un vote d’urgence [par téléphone], mentionne Dustin Fredlund. Par exemple, certains de nos électeurs travaillent sur des bateaux de pêche le long des côtes du Groenland et n’auront pas la possibilité d’obtenir un bulletin de vote.

Dustin Fredlund affirme qu’Élections Nunavut anticipe un volume plus élevé de votes postaux en raison de la crise sanitaire, mais que son équipe est prête à faire face à cet ajustement.

Par ailleurs, les personnes qui souhaitent se présenter comme député ont jusqu'à vendredi pour déposer leur candidature au bureau de scrutin de leur circonscription.

Un mandat chargé

Jeudi, lors du dernier jour de la session législative, le premier ministre sortant, Joe Savikataaq, en a profité pour revenir sur son mandat des quatre dernières années. Il a notamment félicité son Cabinet d’avoir mis en place la Loi sur la santé mentale, d’avoir recruté 240 employés inuit au sein de son gouvernement et d’avoir modifié la Loi sur l’éducation.

Elle a été la première Loi sur l'éducation en langue autochtone en Amérique du Nord, et elle demeure la seule à ce jour, a-t-il dit. Son legs continu aura un impact colossal sur plusieurs générations de Nunavummiut.

Joe Savikataaq a toutefois admis que la crise sanitaire et l’attaque informatique qui a paralysé le système de communication du gouvernement territorial en 2019 avaient soulevé de grands défis pour son gouvernement.

Joe Savikataaq lors d'une conférence de presse à l'Assemblée législative du Nunavut.

Le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq, compte se présenter à nouveau dans la circonscription d'Arviat Nord.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Départ de plusieurs députés

Plusieurs députés ont confirmé à Radio-Canada qu’ils comptaient se présenter à nouveau, notamment George Hickes, Adam Arreak Lightstone, Joelie Kaernerk, John Main et David Akeeagok.

Cinq députés ont annoncé publiquement qu’ils ne prévoyaient pas de briguer un nouveau mandat. L’ancien président de l’Assemblée et député d’Aggu, Paul Quassa, qui a aussi été le quatrième premier ministre du Nunavut, de 2017 à 2018, a annoncé qu’il mettait fin à sa carrière politique.

Paul Quassa, visage.

Paul Quassa a été le 4e premier ministre du Nunavut, un poste qu'il a occupé pendant environ un an avant de présider l’Assemblée législative, en 2020.

Photo : Radio-Canada / Kieran Oudshoorn/CBC

La députée sortante de la circonscription Iqaluit-Niaqunnguu, Pat Angnakak, a récemment quitté l’Assemblée législative territoriale pour se présenter à titre de candidate libérale aux élections fédérales.

Le 9 septembre, la ministre des Services aux familles, qui est aussi responsable des Sans-abri, de la Réduction de la pauvreté et de la Condition féminine, Elisapee Sheutiapik, a déclaré en Chambre qu’elle ne se présentera pas pour des raisons personnelles.

Pauloosie Keyootak, le député de la circonscription Uqqummiut, qui englobe les communautés de Clyde River et d'Qikiqtarjuaq, de même que le député de Sanikiluaq, Allan Rumbolt, ont aussi annoncé qu’ils quittaient l’Assemblée législative.

Au mois d’août, P.J. Akeeagok a quitté son poste à la présidence de l’Association inuit de Qikiqtani (QIA) en annonçant qu’il envisageait de se présenter comme député territorial.

L'adjointe au maire d'Iqaluit Janet Pitsiulaaq Brewster tentera, elle aussi, sa chance sur la scène politique territoriale.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte déclarait que Janet Pitsiulaaq est conseillère à Iqaluit alors qu'elle est plutôt l'adjointe du maire.

Bannière teaser du dossier élections Nunavut 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !