•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les circonscriptions à surveiller dans le Nord de l’Ontario

La grande cheminée de Vale à Sudbury.

Les deux circonscriptions de Sudbury sont parmi celles qui seront à surveiller le 20 septembre.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada

Lors de la dernière élection fédérale, en 2019, seule une circonscription sur 10 du Nord de l’Ontario avait changé de mains, lorsque les libéraux avaient perdu Kenora au profit du Parti conservateur. Cette année, la situation pourrait être bien différente, alors que le Nouveau Parti démocratique (NPD) et les conservateurs espèrent faire des gains.

À la dissolution de la Chambre des Communes, le Parti libéral détenait six circonscriptions dans le Nord de l'Ontario alors que les néo-démocrates et les conservateurs avaient deux élus du Nord de l’Ontario chacun.

Voici quelques circonscriptions à surveiller le 20 septembre.


Sudbury

Principaux candidats en lice : Viviane Lapointe (Parti libéral), Colette Methé (Parti populaire), David Robinson (Parti vert), Ian Symington (Parti conservateur), Nadia Verrelli (Nouveau Parti démocratique).

Le député libéral sortant Paul Lefebvre ne se représente pas après deux mandats.

Viviane Lapointe tentera de conserver ce château fort libéral.

Nadia Verrelli, professeure de sciences politiques, qui au printemps a perdu son emploi à l'Université Laurentienne, tente de lui ravir le poste au nom du NPD, qui a remporté cette circonscription en 1967, 2008 et 2011.

Les Sudburois n’ont jamais élu de député conservateur depuis la création de la circonscription en 1947.

Au niveau provincial, la circonscription est représentée par le néo-démocrate Jamie West depuis 2018.


Nickel Belt

Candidats en lice : Andréane Chénier (Nouveau Parti démocratique), Craig Gravelle (Parti vert), David Hobbs (Parti populaire), Charles Humphrey (Parti conservateur), Marc Serré (Parti libéral).

Le député sortant, Marc Serré, tente d’obtenir un troisième mandat. Il avait défait le néo-démocrate sortant Claude Gravelle, en 2015.

Les électeurs de Nickel Belt ont historiquement choisi des députés libéraux ou néo-démocrates depuis la création de la circonscription en 1953.

Il s’agit d’une des circonscriptions à l’extérieur du Québec avec la plus grande concentration de francophones, environ 38 % selon le recensement de 2016.

Elle compte aussi plusieurs communautés autochtones.

Au provincial, Nickel Belt est un château fort néo-démocrate. Le NPD ontarien détient la circonscription sans interruption depuis 1971.


Thunder Bay–Rainy River

Principaux candidats en lice : Alan Aubut (Parti populaire),Tracey MacKinnon (Parti vert), Adelina Pecchia (Parti conservateur), Marcus Powlowski (Parti libéral), Yuk-Sem Won (Nouveau Parti démocratique).

Le candidat libéral sortant, Marcus Powlowski, brigue un second mandat.

Il s’agit ici d’une autre course à trois selon les agrégations de sondage, alors que les NPD et les conservateurs pourraient espérer l’emporter.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a visité deux fois Thunder Bay pendant la campagne pour soutenir sa candidate Yuk-Sem Won, une francophone originaire de Hearst.

La circonscription, avec ses limites actuelles, existe depuis 2004. Elle a été détenue par les libéraux de 2004 à 2008, puis par les néo-démocrates de 2008 à 2015, avant de retourner au Parti libéral.

Au niveau provincial, le territoire est divisé entre la circonscription de Thunder Bay–Atikokan, contrôlée par le NPD, et celle de Kenora–Rainy River, représentée par le Parti progressiste-conservateur.


Sault Ste. Marie

Candidats en lice : Kasper Makowski (Parti populaire), Marie Morin-Strom (Nouveau Parti démocratique), Terry Sheehan (Parti libéral), Sonny Spina (Parti conservateur).

Le député libéral sortant, Terry Sheehan, comme plusieurs de ses collègues nord-ontariens, tente d’obtenir un troisième mandat.

Politiquement, la circonscription a été détenue par le NPD, les libéraux et les conservateurs plusieurs fois depuis sa création en 1966.

C’est dans cette circonscription que Justin Trudeau a commencé sa tournée préélectorale pour annoncer une enveloppe budgétaire pour Algoma Steel, l’un des chefs de file de la production d’acier au Canada.

Selon des observateurs, les trois principaux partis ont des chances de l’emporter, bien que ce pourrait être un peu plus difficile pour le NPD.

Marie Morin-Strom peut peut-être compter sur la mémoire institutionnelle : son père, Karl Morin-Strom, a été député provincial néo-démocrate de Sault Ste. Marie de 1985 à 1990.

L’actuel député provincial de Sault Ste. Marie, le progressiste-conservateur Ross Romano, a été élu pour la première fois lors d’une élection partielle en 2017.


Kenora

Candidats en lice : Craig Martin (Parti populaire), Remi Rheault (Parti vert), Eric Melillo (Parti conservateur), David Bruno (Parti libéral), Janine Seymour (Nouveau Parti démocratique)

La circonscription de Kenora pourrait de nouveau changer de couleur cette année, deux ans après la victoire quelque peu inattendue du jeune conservateur Eric Melillo face au vétéran Bob Nault, du Parti libéral, par une avance de 1110 votes.

Le chef autochtone Rudy Turtle avait terminé au troisième rang, avec 412 votes de moins que le deuxième.

Le vote des autochtones pourrait faire la différence s'ils se rendent aux urnes, alors qu’ils représentent 46,7 % de la population de la circonscription.

Cette année, le NPD est représenté par Janine Seymour, membre de la Première Nation de Wauzhushk Onigum.

Le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, est passé deux fois dans la circonscription de Kenora pendant la campagne, et à Neskantaga avant le début officiel de la campagne.

Au niveau provincial, le territoire est séparé entre la circonscription de Kenora–Rainy River (progressiste-conservateur) et Kiiwetinoong (NPD).


Thunder Bay–Supérieur-Nord

Principaux candidats en lice : Chantelle Bryson (Nouveau Parti démocratique), Rick Daines (Parti populaire), Patty Hajdu (Parti libéral) Amanda Moddejonge (Parti vert), Joshua Taylor (Parti conservateur).

Les observateurs s’attendent à une victoire de la députée libérale sortante, Patty Hajdu.

Elle est ministre de la Santé depuis novembre 2019.

La gestion de la pandémie et les foyers de soins de longue durée ont été un sujet abordé pendant la campagne, notamment par les candidats de Thunder Bay.

La partie rurale de la circonscription compte une population francophone non négligeable.

Historiquement, la circonscription n’a jamais été remportée par les conservateurs, mais l’ancien député Joe Comuzzi avait rejoint le Parti conservateur en 2007, après avoir été expulsé du caucus libéral.

Il a été défait en 2008 par le néo-démocrate Bruce Hyer, qui a lui aussi changé de parti, pour représenter le Parti vert de 2013 à 2015.

Le libéral Michael Gravelle représente la circonscription provinciale de Thunder Bay–Supérieur-Nord à l’Assemblée législative de l’Ontario depuis 1999.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !