•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les saumons du lac Kootenay seraient en péril

Des poissons de couleur rouge.

Le saumon kokani est une sous-espèce du saumon rouge. Il ne migre pas vers la mer, mais vit toute sa vie dans des lacs et des rivières d'eau douce.

Photo : Radio-Canada / Steve Hossack

Radio-Canada

Selon la Fédération de la conservation de la faune de la Colombie-Britannique, la population de saumons kokani du lac Kootenay, une sous-espèce du saumon rouge, serait en déclin alors que ses prédateurs seraient de plus en plus nombreux. L'écosystème ainsi déséquilibré incite la Fédération à demander à la province d’agir.

J’étudie ce lac depuis près de 50 ans et je n'ai jamais rien vu de tel, s'inquiète Harvey Andrusak, biologiste et ancien président de la Fédération de la conservation de la faune de la province.

Selon lui, la population de saumons kokani a chuté, passant de plus d’un million de poissons par année à environ 10 000.

En janvier dernier, une étude la province a montré que les populations de saumons kokani avaient fortement fluctué au cours de la dernière décennie, passant de 1,25 million en 2012 à 90 000 en 2020, avec un minimum de 12 000 en 2019.

Des causes incertaines

Selon Harvey Andrusak, il y a une première explication simple à ce déclin : les truites, prédatrices des saumons, seraient de plus en plus nombreuses.

Le nombre de prédateurs a surpassé celui des saumons.

Une citation de :Harvey Andrusak, biologiste

Les raisons de ce déséquilibre de l’écosystème sont encore au cœur de débats scientifiques, mais certains facteurs, comme la pollution, les changements climatiques ou le niveau des lacs, sont évoqués par les experts.

Une dame debout sur des rochers devant un lac et des montagnes.

Le lac Kootenay se situe près de Ainsworth, en Colombie-Britannique.

Photo : Jared Teneese

L’urgence d’agir

Face à ce constat, la Fédération de la conservation de la faune de la Colombie-Britannique presse le gouvernement provincial d'agir.

Nous connaissons ce problème depuis près de dix ans. Dix ans plus tard, nous n'avons toujours pas réussi à augmenter le nombre de saumons kokani et l'inaction du gouvernement à cet égard est tout simplement inacceptable, déplore Harvey Andrusak.

Le public doit prendre conscience du fait que le gouvernement ne fait pas son travail.

Une citation de :Harvey Andrusak, biologiste

Le biologiste cite l’exemple de l’État d’Idaho, aux États-Unis, qui a permis de stabiliser les populations de saumons hockey grâce à un ensemencement massif d'œufs et une réduction du nombre de truites.

Réponse de la province

Le ministère des Ressources naturelles de la Colombie-Britannique souligne que des efforts ont été faits pour rétablir les stocks de saumons dans le lac Kootenay.

Il souligne notamment la mise en place d’un programme d’incitation à la pêche à la truite.

Ça a été un grand succès, avec une augmentation globale de la pêche de 60 % à 85 % par rapport à l'année précédente, se défend le ministère.

En 2016, le ministère a aussi ensemencé plus d'un demi-million d'œufs de saumons dans les frayères du lac Kootenay, avec un taux d’éclosion qui serait de 90 %.

Le gouvernement prévient toutefois que les résultats prendront du temps à se faire sentir.

Les biologistes provinciaux effectueront un nouveau recensement de la population de saumon du lac Kootenay au cours des quatre prochaines semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !