•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On est prêts, on y va, c’est parti » : Valérie Plante lance sa campagne électorale

Valérie Plante sourit devant le micro, alors que ses candidats l'applaudissent, derrière.

« Je suis très heureuse d’être là avec le chapeau de cheffe de Projet Montréal qui s’en va en campagne », a lancé Valérie Plante lors du lancement officiel des élections municipales du 7 novembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Anaïs Brasier

La mairesse sortante de Montréal, Valérie Plante, a lancé officiellement sa campagne en vue des élections municipales du 7 novembre. Sans dévoiler sa plateforme 2021-2025, elle a assuré qu’elle serait en continuité avec les quatre dernières années, dont elle a fait un bilan positif, notamment sur les questions des finances, de la sécurité publique, de l’environnement et du logement.

Même si la COVID a ralenti nos ambitions, je suis très satisfaite de notre bilan, a lancé sans attendre Valérie Plante, accompagnée de plusieurs candidats de Projet Montréal.

Elle a d’abord insisté sur la relance économique de la ville après plus d’un an et demi de pandémie. Montréal a la meilleure reprise économique au pays et la deuxième en Amérique du Nord.

Sur le plan de la sécurité publique, qui semble s’imposer comme un enjeu important de la campagne, notamment en raison des nombreux incidents armés dans les derniers mois, elle a assuré avoir pris ses responsabilités.

Lorsqu’on est arrivés au pouvoir, on a trouvé un service de police qui était en désordre à cause de la négligence de l’administration précédente.

Une citation de :Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal

Elle a, a-t-elle dit, élaboré une stratégie en trois temps : s’attaquer au trafic d’armes, démanteler les groupes criminalisés, puis agir en prévention avec les groupes communautaires. Dans les trois cas, on a ajouté des ressources financières et on a travaillé étroitement avec les autres paliers de gouvernement. Elle a également réitéré son intention de faire pression sur le fédéral pour obtenir sa collaboration dans ce dossier.

En entrevue à Tout un matin vendredi, le chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, a quant à lui déclaré qu’on n’a jamais été dans une société aussi insécure. Pas plus tard qu’avant-hier, j’étais à une cinquantaine mètres des coups de feu [...] dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension. En plein jour, ça tire près d’une garderie.

Le mot « passionné » écrit sur une pancarte avec un gros plan du visage de Denis Coderre.

Denis Coderre a misé sur trois mots pour ses pancartes électorales à l'automne 2021 : compétent, passionné et efficace.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En matière d’habitation, la cheffe de Projet Montréal a dit avoir livré 12 000 logements sociaux et abordables destinés aux familles et à la classe moyenne, avoir adopté le règlement pour une métropole mixte et avoir investi 100 millions de dollars sur les 10 prochaines années pour acheter des terrains destinés au logement familial et social.

Enfin, sur le plan environnemental, Valérie Plante a mis de l’avant le Plan climat Montréal. [Il] est chiffré et concret, on l’a travaillé avec des experts et il est salué partout en Amérique du Nord comme étant un des plus audacieux.

On continue d’avancer avec Projet Montréal ou on recule avec Denis Coderre, a-t-elle conclu.

Une campagne propre?

Moi, c’est sûr que je souhaite que ce soit une campagne propre, a lancé Valérie Plante. Pourtant, elle a terminé son point de presse en se comparant à son adversaire, Denis Coderre, avec des propos assez durs à son égard.

Notre équipe fait face à un adversaire qui fait de la politique depuis longtemps, depuis 1988. Pas de doute, ses réflexes sont bien aiguisés, et pas de doute, il a pris de mauvais plis, comme par exemple de jouer avec la vérité. Elle a ajouté que le chef d’Ensemble Montréal manipule les faits, change de discours selon le public à qui il s’adresse, qu’il n’est pas revenu pour les bonnes raisons et qu’il se représente sans vision, sans plan.

Elle a toutefois justifié ces commentaires assurant que c’est non seulement ce qu’elle entend sur le terrain, en faisant du porte-à-porte, mais qu’elle peut aussi prouver ces accusations. Il y a des preuves de ce que j’avance. Quand il a dit qu’il n’a pas définancé la police, c’est faux on a vu les tableaux [...] dans des documents officiels de la Ville de Montréal. Je me base sur des faits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !