•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des candidats désignés, absents de la campagne

Feuille d'un bulletin de vote avec la mine d'un crayon avec lequel on vient de cocher une case.

Les élections fédérales auront lieu le 20 septembre. (archives)

Photo : iStock

Sophie Martin

Les candidats aux élections fédérales en sont à leurs derniers milles avant les élections de lundi. Parmi ceux-ci, encore cette année, un grand nombre n'habitent pas l'Est-du-Québec ou n'en sont pas natifs.

C’est le cas de Sylvain Lajoie. Il est le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans la circonscription de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, bien qu'il réside à Montréal.

Même s’il n’est pas de la région, il s’est déplacé au Bas-Saint-Laurent pendant toute la campagne électorale.

Il ne se considère pas comme un candidat poteau, comme le veut l'expression consacrée.

Moi, je suis venu ici parce que je voulais me présenter dans la circonscription. J'ai fait campagne, je vous donne des entrevues et tout ça.

Mon message, au niveau de la justice économique et sociale, est extrêmement important pour moi au niveau de la région.

Une citation de :Sylvain Lajoie, candidat du NPD dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques
Sylvain Lajoie, candidat du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription de Rimouski-Neigette - Témiscouata - Les Basques, souriant à la caméra.

Sylvain Lajoie, candidat du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques

Photo : Stephanie Cambria

Ne pas laisser tomber le parti

Toutefois, certains candidats n'ont pas été en mesure d'en faire autant. C'est le cas de Nichola St-Jean, candidat dans la circonscription nord-côtière de Manicouagan pour le NPD.

Il explique qu'il n'a pas eu la possibilité de faire campagne activement dans la région à cause de certains empêchements.

Par courriel, il mentionne qu’il ne pouvait pas y avoir un pire moment pour déclencher des élections, et nous en payons tous le prix.

Il était inconcevable pour moi de laisser tomber les néo-démocrates de la Côte-Nord en retirant ma candidature, et en leur retirant ainsi leur choix de vote.

Une citation de :Nichola St-Jean, candidat au NPD dans Manicouagan
Nichola St-Jean.

Nichola St-Jean, candidat du Nouveau Parti démocratique

Photo : NPDQ


« J'aimerais quelqu'un qui est plus proche de vos problèmes »


Lisa Phung est également candidate pour le NPD, cette fois dans la circonscription de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine.

Résidente de Montréal, elle est arrivée en Gaspésie dimanche dernier et est repartie mercredi, au lendemain d'un débat.

Elle admet qu'elle ne se voit pas vivre dans la région si elle est élue. Son entourage, son travail et l'établissement scolaire où elle étudie sont tous à Montréal. Elle compte cependant venir faire une tournée à l'occasion.

Pour moi, je l'ai fait pour représenter le NPD dans votre région. J'aimerais ça qu'aux prochaines élections, ce soit quelqu'un qui est vraiment plus proche de vos problèmes qui puissent vous représenter.

Une citation de :Lisa Phung, candidate du NPD dans Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine
La candidate néo-démocrate, Lisa Phung.

La candidate néo-démocrate, Lisa Phung

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Selon le professeur en sciences politiques au Cégep de Rimouski, Benoît Collette, les partis vont souvent décider de mettre quand même quelqu'un pour avoir des votes parce qu'au niveau fédéral, par exemple si on obtient un pourcentage, c'est 2 % à l'échelle nationale, ça va permettre d'avoir accès à des remboursements de dépenses et d'autres trucs comme ça. Au provincial, on a carrément de l'argent qui est associé à chaque vote supplémentaire, donc il y a un gros incitatif à avoir des candidats poteau, comme on les appelle.

Selon M. Collette, les candidats désignés sont souvent issus de partis qui ont peut-être moins de comités locaux ou d'associations de comtés avec des bénévoles. C'est souvent un bassin premier pour trouver des candidats, candidates, donc quand on n’en a pas, il faut faire venir des candidats de l'extérieur.

Les candidates et candidats désignés sauront lundi s'ils ont réussi à obtenir la confiance des citoyens de leur circonscription.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !