•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élections vues par les agriculteurs fransaskois

Dans une ferme, par une belle journée d'été, un camion transporte des bottes de foin.

Le camion servant à contenir les bottes de foin à la ferme d'André Denis, à Saint-Denis, en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / fournie par André Denis

Les fermiers fransaskois ont des avis partagés face aux engagements des partis politiques en matière d’agriculture .

L’éleveur de bœuf et boucher André Denis, de Saint-Denis, ne cache pas sa déception face à des élections qui se déroulent en période de pandémie. Selon lui, la priorité devrait être la gestion de la pandémie.

De voir ces politiciens faire leur tournée au pays encourage la propagation du coronavirus.

Une citation de :André Denis, éleveurs de boeuf et boucher à Saint-Denis
Une photo d'André Denis à sa ferme.

André Denis dans ses terres.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Il estime que, bien que le gouvernement fédéral actuel soit minoritaire, il se portait bien et qu'un nouveau gouvernement libéral minoritaire sera reconduit au pouvoir. 

Des vaches se prélassent dans un champ, par une journée d'été nuageuse.

Les vaches d'André Denis, dans sa femme bovine à Saint-Denis, en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / fournie par André Denis

Également de Saint-Denis, Michel Lepage se dit lui aussi déçu parce que ces élections se déroulent en même temps que la période des récoltes. Selon lui, Justin Trudeau aurait dû attendre avant de les déclencher.

Le fermier Michel Lepage dans sa ferme à Saint-Denis en Saskatchewan par une belle journée d'été.

L'agriculteur Michel Lepage dans sa ferme à Saint-Denis, en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Il [Justin Trudeau] a seulement fait deux ans, il aurait pu attendre un autre deux ans avant de déclencher d’autres élections. Je trouve qu’il se joue un jeu politique au lieu de prendre des décisions dans les intérêts des Canadiens. J’appelle cela jouer au fou.

Une citation de :Michel Lepage, agriculteur de Saint-Denis

De son côté, Henri Stringer, qui fait de l’agriculture biologique près de Pontéix, ne pense pas voter.

Si je votais, ce serait pour le Parti vert ou le Nouveau Parti démocratique. Si je votais stratégiquement, ce serait pour le Parti libéral du Canada, dit-il.

Je suis satisfait du travail des libéraux et de ce que la ministre libérale de l’agriculture, Mme Bibeau, nous offre. C’est beaucoup plus d’appui que le PCC. Je suis heureux de ce développement-là et de voir que Trudeau remonte dans les sondages.

Une citation de :Henri Stringer, agriculteur biologique près de Pontéix

Il aimerait que le gouvernement amène des politiques pour produire le maximum de produits de qualité pour la collectivité canadienne, fransaskoise et régionale.

Des politiques pour nous amener à produire le maximum, que ce soit aussi de qualité, avec le plus de respect possible envers le sol, la terre, la ferme, l’environnement. C’est la base de mes principes.

Un homme portant une casquette est entouré d'une fille et d'un garçon. Ils sont accroupis devant ce qui semble être la porte de leur maison. Ils sourient à la caméra.

Henri Stringer, qui pratique l'agriculture biologique près de Pontéix, entouré de ses enfants.

Photo : Radio-Canada / fournie par Henri Stringer

Selon lui, les conservateurs mettent les bâtons dans les roues des agriculteurs.

Si le Parti conservateur du Canada entre au pouvoir, ce serait désastreux. Ce parti n’aide pas notre cause, il fait semblant. C’est décevant. C’est Bibeau (NDLR: la ministre fédérale de l'Agriculture) qui a réussi à convaincre les provinces d’accéder à des fonds agricoles. Je ne serais pas contre un gouvernement minoritaire, indique-t-il.

Conséquences des changements climatiques et de la taxe carbone

À la suite de la grande sécheresse qui a touché les terres agricoles en Saskatchewan cet été, plusieurs estiment que le gouvernement canadien devrait accorder plus d’attention aux agriculteurs de l’Ouest qui ont subi cet impact du changement climatique.

Un terrain de ferme avec des pousses et une grange, par une journée d'été.

La ferme d'Henri Stringer à Pontéix, en Saskatchewan

Photo : Radio-Canada / fournie par Henri Stringer

Toutefois, aux yeux d'Henri Stringer, le Parti libéral a fait sa part.

Dire que les libéraux ne nous ont pas aidés serait absolument faux. Ça tombe aussi dans toute la crise de la COVID-19 en même temps. Les critiques envers les libéraux n’ont pas de précédent qui démontre qu’ils feraient mieux qu’eux.

Si un gouvernement conservateur avait été élu ici, dans l’ouest, aujourd'hui,  je me demande comment nous aurions traversé cette sécheresse et cette canicule.

Une citation de :Henri Stringer, agriculteur biologique près de Pontéix

Il estime que la taxe carbone est instaurée dans d’autres pays, preuve que cette initiative peut fonctionner. Je crois encore que Trudeau, malgré lui, a des bonnes intentions et c’est un des seuls qui peut le faire [instaurer la taxe carbone], qui peut réaliser le changement dont on a besoin.

Selon lui, les questions liées aux changements climatiques dépassent la partisanerie. Ce n'est pas une question des conservateurs ou des libéraux, c’est de vraiment faire un effort si ta clientèle nie encore le fait que ça existe. C’est de se demander : comment est-ce qu’on peut avancer?

Selon l’agriculteur Michel Lepage, cette question touche l’ensemble des agriculteurs au pays. À cet effet, il croit que les agriculteurs devraient être exemptés de la taxe carbone.

On est pris à payer plus cher, comme tout le monde, mais je crois que notre industrie devrait être compensée ou mise à part à cause de son importance. C’est une nécessité. Une grande nécessité.

Une citation de :Michel Lepage, agriculteur de Saint-Denis

Il ajoute que l’exception devrait s'appliquer à tous les agriculteurs au pays, pas seulement ceux de la Saskatchewan. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !